COP25 : Le stand de la RDC est ouvert depuis ce lundi

Les images de la fermeture du stand de la République démocratique du Congo à la vingt-cinquième conférence des Nations unies sur le Climat avaient fait le tour du monde. Ces images ont été commentées dans tous le sens par les congolais, qui voyaient en cela une négligence du gouvernement. Interrogé à ce sujet, le ministre de l’Environnement, Claude Nyamugabo avait promis que le stand de la RDC sera ouvert dès ce lundi. Chose qu’il a réalisée à son arrivée à Madrid, depuis ce dimanche 08 décembre.

Claude Nyamugabo, Ministre de l’Environnement et Développement du durable et Tosi Mpanu Mpanu, négociateur senior de la RDC dans le stand de la RDC à Matrid.

Claude Nyamugabo doit participer au segment ministériel de la 25ème COP. Ce segment commence ce lundi 09 décembre, et de décisions importantes devront émaner de cette rencontre de haut niveau. Le ministre de l’environnement et développement durable de la RDC entant reconquérir le leadership du plus grand pays forestier d’Afrique, dont les forêts constituent 60% de l’ensemble des forêts du bassin du Congo.

« Nos forêts, os tourbières, notre biodiversité  et nos eaux sont nos forces pour reconquérir notre leadership africain et mondial », avait-il posté sur son compte tweeter.

Alfred NTUMBA

COP25 : Tosi Mpanu Mpanu reçoit le prix de Leader Global de l’année

Le négociateur senior de la République démocratique du Congo, Tosi Mpanu Mpanu a reçu le prix de Leader Global de l’année, dans la catégorie « Négociateur ». C’était lors d’une courte cérémonie organisée le vendredi 06 décembre, à Madrid par l’Initiative pour le Droit et la Gouvernance du Climat.

Ce prix vise à récompenser les résultats obtenus par cet acteur important qui milite pour faire entendre la voix de l’Afrique aux négociations sur le Climat, organisées chaque année par les Nations unies.

« Certainement, c’est un combat qui n’est pas achevé, et je ne vois pas ce Prix comme une consécration mais plutôt comme une reconnaissance internationale de la pertinence de mes efforts », s’est-il félicité.

Parmi les critères ayant milité à son choix figurent le dévouement (persévérance, ancienneté), la diplomatie (constitution de coalitions, rapprochement des partenaires, tact) et la vision (perspicacité, engagement envers les résultats en matière de changement climatique).

L’Initiative pour le Droit et la Gouvernance du Climat est un consortium regroupant des organisations internationales, des Think Tanks, des ONGs et des cabinets d’avocats. Ce Consortium inclut ainsi des acteurs tels que le Programme des Nations Unies pour le Développement, ONU Environnement, la Banque Mondiale, la Banque européenne pour la Reconstruction et le Développement, l’Association de Droit International et de nombreuses universités à travers le monde telles que l’Université de Yale, Cambridge et l’Université des Nations Unies.

Alfred NTUMBA

Biodiversité : l’UE satisfaite de ses financements dans la conservation en RDC

La République démocratique du Congo compte à elle seule 67 aires protégées, dont près de 4 Parcs nationaux classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Les aires protégée couvrent 13,5% du territoire national. Dans le cadre de la collaboration entre l’Union européenne et la RDC, au moins 5 parcs nationux ont beneficié des financements de l’UE dans le cadre de 11ème FED. Ces financements et les projets exécutés ont fait l’objet d’un éhange entre la presse congolaise et ce traditionnel bailleur de fonds de la RDC, ce vendredi 06 décembre, à Kinshasa.

Les elphants dans le Parc national de la Garamba en RDC.

Le Parc National de la Salonga, Upemba, Virunga, Garamba et la Réserve de biosphere de Yangambi ont recu dans l’ensemble 140 millions d’euros dans le cadre du Fonds européen de Développement (11ème FED).

« Nous sommes satisfait de notre collaboration avec la RDC. Actuellement, tous les projets ont un impact visible et assez remarquable. Notre inquiétude est au niveau de la pérennité des resultats. Nous demanderons au gouvernement de mettre la biodiversité dans un haut niveau d’importance, et la mentionner comme priorité. Cela garantira que ce programme conserve une bonne place», a souligné le responsable de la section agriculture, santé et environnement de l’UE, Arnold Jacques de Dixmude. Continuer la lecture de Biodiversité : l’UE satisfaite de ses financements dans la conservation en RDC

Forêt : Près de 100 arbres plantés dans le parc animalier de la N’sele

Plus d’une centaine d’élèves venus de différentes écoles de Kinshasa, ont procédé à la plantation d’environ 100 arbres dans le Parc animalier de la N’sele. Cette activité organisée à l’occasion de la journée nationale de l’arbre a donné rendez-vous au ministre de l’environnement et développement durable, Claude Nyamugabo, à la vice-ministre, Madame Jeanne Ilunga zaïna et à quelques acteurs impliqués dans les questions de reforestation.

Les élèves se préparant à planter les arbres à Kinshasa (Photo, Serge Ntumba)

« Mon rôle aujourd’hui est de vous sensibiliser parce que le président nous a mis au centre de son projet. Toutes les personnes qui se distingueront dans la plantation d’arbres, recevront le diplôme que nous appelleront diplômevert. J’interpelle nos établissements publics notamment l’Institut congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN), l’Agence congolaise de l’Environnement et le Fonds forestier national à s’impliquer pour répondre aux attentes de cette grande initiative »,a déclaré le Ministre de l’Environnement et développement durable, Claude Nyamugabo.

Le message du ministre a été bien capté par ses collaborateurs. Le Fonds Forestier National se dit prêt à accompagner la vision du chef de l’Etat durant son quinquennat. Continuer la lecture de Forêt : Près de 100 arbres plantés dans le parc animalier de la N’sele

Agriculture : INERA Yangambi, un phoenix et une histoire de succès des années 40

Donné pour disparu par les uns, et en état de mort cérébrale par les autres, l’Institut National d’Etude et Recherches Agronomiques (INERA) est loin de porter toutes les étiquettes qui lui sont collées. Située à Yangambi dans la province de la Tshopo, cette grande institution de recherche qui a tant fait la fierté de la République démocratique du Congo en matière agronomique est bel et bien fonctionnelle et continue de servir le pays dans plusieurs domaines, notamment dans la livraison de semences de base ou encore dans la lutte contre la mosaïque africaine de manioc.

«  L’INERA n’est jamais mort comme le confessent plusieurs langues, nous sommes toujours d’actualité et en activité pour accompagner notre pays à booster son développement », a déclaré Posho Ndola, Directeur général de l’INERA Yangambi. « Dans le domaine phytogénétique, nous avons un herbarium national le plus riche d’Afrique centrale regorgeant plus 150 mille spécimens. Et nous avons un intéressant domaine de recherche qui est d’actualité, dans lequel nous faisons aussi des études sur le biotope ».

Crée en 1933 par l’arrêté royal Belge dans le but d’assurer la promotion du développement de l’agriculture congolaise, en se penchant sur les observations, les études fondamentales et les expérimentations dans le domaine agronomique, l’INERA Yangambi entend avec l’appui de ses partenaires dont le projet FORETS (Formation Recherche et Environnement dans la Tshopo) du CIFOR reprendre sa place de leader dans le monde, surtout dans son domaine de prédilection, l’agronomie. Continuer la lecture de Agriculture : INERA Yangambi, un phoenix et une histoire de succès des années 40

Environnement : Les volontaires de Greenpeace Afrique sensibilisent sur l’importance de l’arbre

Ayant réalisé que l’école est l’endroit par excellence où on peut trouver les enfants avertis et ouverts d’esprit, les volontaires de Greenpeace Afrique ont organisé une journée de sensibilisation sur l’importance et le rôle de l’arbre dans l’environnement. Organisé à l’occasion de la journée nationale de l’arbre célébrée chaque 05 décembre, cette activité rentre dans le cadre des efforts de Greenpeace à lutter contre les changements climatiques.

Les élèves de l’EP Mvundu pour la vacation matin et ceux de l’Institut Tuzolasana dansla commune de Kimbanseke ont été de cibles de volontaires de Greenpeace.

« Nous sommes venus informer les élèves sur l’importance de l’arbre source d’xygène. Le concepteur de ce monde avait voulu que les hommes et la nature vivent en interrelation. Nous avons constaté que cette interrelation est en train de se rompre. Nous voulons que ces élèves grandissent avec cette éducation pour que notre environnement soit effectivement protégé »,a déclaré le coordonnateur des volontaires de Greenpeace, Justin Tumbile.

Il était question au cours de cette descente de terrain d’expliquer et d’augmenter l’intérêt des écoliers sur la protection de l’environnement, afin de mieux le comprendre et de commencer à agir en conséquence. Continuer la lecture de Environnement : Les volontaires de Greenpeace Afrique sensibilisent sur l’importance de l’arbre

Climat : Les écologistes verts d’Afrique sonnent l’alarme sur la crise climatique

La question du changement climatique et du Fonds Vert Climat ont fait l’objet de la première académie des écologistes verts d’Afrique organisé par la Fédération des écologistes et verts d’Afrique Centrale (FEVAC), à Kinshasa du 05 au 7 décembre 2019. Face à des situations désastreuses liées au changement climatique que connait la RDC, notamment les inondations répétés, l’heure est aux reflexions pour donner des orientations et stratégies aux décideurs et scientifiques, afin d’aider à préserver la planète et sauver des vies.

« Nous organisons ces réunions pour conscientiser les décideurs, les pollueurs, et tout le monde que nous allons vers les abîmes, nous devons rectifier les tirs. L’homme congolais n’est pas conscient des actions qu’il pose. Entre autres, les constructions anarchiques, la mauvaise gestion des sachets. Nous avons intérêt à garder notre ville propre et léguer une planète vivable aux générations à venir», a souligné Didace Pembe, président de AECO (alliance des écologistes).

Cette troisième rencontre des écologistes verts d’Afrique regroupe plus ou moins 7 pays d’Afrique Centrale. A ceux là, s’ajoute le Burkinafaso et le Nigeria. Continuer la lecture de Climat : Les écologistes verts d’Afrique sonnent l’alarme sur la crise climatique

Forêt : FONAREDD, le COPIL adopte le financement du projet PGDF

16 millions de dollars américains c’est le montant que la CAFI (Initiative pour les Forêts d’Afrique Centrale), va bientôt décaisser pour le début du Programme pour la Gestion durable des forêts (PGDF), qui sera exécuté par l’Agence Française de Développent (AFD). Ceci est l’une de grandes décisions prises au cours de la réunion du Comité de pilotage du Fonds National REDD (FONAREDD), organisée à Kinshasa ce jeudi 05 décembre.

« Ce programme a une feuille de route qui a été approuvée par le ministère de l’Environnement. Ce deux ensemble [Programme et Feuille de route], nous permettent maintenant d’avancer dans ce partenariat entre CAFI et la RDC. Nous sommes très contents, car c’est ce travail qui va nous permettre ensemble dans l’avenir de réaliser plusieurs chantiers, en termes de reformes dans le secteur des forêts », s’est réjouis Jostein Lindland, conseiller principal au Ministère du Climat et de l’Environnement de Norvège.

Le PGDF pourrait démarrer ses travaux de manière effective au mois de septembre 2020. Bien avant cette échéance, la CAFI prévoit un petit financement qui va permettre de faire pont entre le stade actuel et le début de l’exécution du programme. Le projet va focaliser ses activités notamment sur la politique forestière, le code
forestier, la foresterie communautaire, et d’autres aspects qui n’étaient pas pris en charge par le projet AGEDUFOR, terminé en août 2019. Continuer la lecture de Forêt : FONAREDD, le COPIL adopte le financement du projet PGDF

COP25 : La RDC moins représentée à Madrid, son stand fermé

La voix de la République démocratique du Congo pourrait être moins audible à la 25èmeConférence des parties sur le Changement Climatique (COP25). Depuis le début de la semaine, à peine une petite dizaine des délégués du pays ont foulé leurs pieds la capitale espagnole.

Outre les acteurs qui s’y sont rendus par leurs propres initiatives, on peut y voir le Secrétaire général à l’Environnement, la Chargée des affaires de l’Ambassade de la RDC en France, une députée nationale, 3 délégués de la société civile, le SG à l’énergie et quelques délégués des partenaires techniques et financiers de la RDC.

Joint au téléphone, Patrick Saidi Hedi qui participe à ces assises pour le compte des peuples autochtones de la RDC, pense que cette situation est justifiée par l’impréparation qui a caractérisé la délégation congolaise. Continuer la lecture de COP25 : La RDC moins représentée à Madrid, son stand fermé

Environnement : Le ministre de l’environnement invite les congolais à planter des arbres

A l’occasion de la journée nationale de l’arbre, le ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo, a invité le peuple congolais à planter des arbres pour sauver la planète bleue en proie au changement climatique.

Un jeune enfant plantant un arbre dans leur Parcelle à Kindele

« Le thème retenu pour cette année est, un congolais, un arbre pour préserver notre planète. Il vise à galvaniser toute la population dans l’effort de reboisement pour la conquête des savanes et la création des espaces verts dans les zones d’habitation », a-t-il informé.

Pour le ministre de l’Environnement de la RDC, il s’agit d’une question naturelle d’éthique car partout où l’arbre a disparu, l’homme a été puni de son imprévoyance. « Il est en effet de notre responsabilité de transmettre aux générations futures cette culture de plantation des arbres », a-t-il insisté. Continuer la lecture de Environnement : Le ministre de l’environnement invite les congolais à planter des arbres

Premier Site d'information environnementale en Afrique centrale