Conservation: Flory Botamba s’en va, des pleurs et tristesse aux derniers hommages

Cet avant-midi, la tristesse et les pleurs l’ont emporté sur les rires qu’il partageait souvent avec les siens. Lui, c’est Flory Botamba qui a tiré sa révérence le 29 décembre 2019.  Bondée du monde venu rendre les derniers hommages à cet acteur important de l’environnement, la salle polyvalente Kin la Miséricorde, où a été exposé le corps de l’ancien cadre de de WWF-RDC s’est vue transformée en scène de désolation. Impossible de se contenir lorsqu’il faut penser un seul instant à cet homme et au bonheur qu’il partageait avec tous. L’émotion était donc à son comble ce mercredi 15 janvier.

« C’est une inquiétude et un regret de perdre une personnalité comme lui, un coach. Cet homme était tout le temps avec nous pour nous encourager à pouvoir s’armer pour que demain l’on puisse prendre la relève. C’est douloureux, il ne sera plus avec nous. À présent, nous garderons jalousement tout ce qu’il nous a inculqué comme matière. Maintenant il nous revient la tâche de mettre en pratique toutes les matières apprises pour que le vide créé par son absence soit vite comblé. Je sais que même là où il est, il voudra que son combat continue », a témoigné Lufira Kalemboyo, membre de la société civile environnementale.

Connu pour sa simplicité, son esprit d’ouverture, et surtout sa parfaite maitrise des questions de l’environnement, Flory Botamba a fait carrière dans la biodiversité, où il est l’un des pionniers des activistes  de la première ère en République démocratique du Congo. Son passage de la vie à la mort a laissé sans mot ses collègues de bureau et ses compagnons de lutte qui désormais vont devoir continuer la lutte sans leur facilitateur. Continuer la lecture de Conservation: Flory Botamba s’en va, des pleurs et tristesse aux derniers hommages

Opportunité : Une formation gratuite en ligne sur « Comprendre et analyser les enjeux et les actions du développement durable »

L’Institut pour le développement durable (IFFD) de l’Organisation Internationale de la Francophonie organise une formation à distance gratuite en environnement et développement durable. Indique un communiqué du Ministère de l’environnement et développement durable de la République démocratique du Congo, publié ce mardi 14 janvier.

Cette session de formation se tiendra du 03 février au 29 mars 2020 et sera axée sur la thématique, « comprendre et analyser les enjeux et les cations du développement durable ».

Le ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo Bazibuhe encourage toute la communauté environnementale notamment, les cadres et agents publics, les membres de la société civile, les opérateurs privés, les scientifiques, les chercheurs et étudiants à participer massivement à cette formation.

« Le ministre de l’Environnement et Développement durable compte sur une participation des acteurs environnementaux de la République démocratique du Congo à cette formation, en vue du renforcement de leurs capacités sur les enjeux nouveaux de l’environnement et du développement durable », précise ce communiqué.

Les candidats intéressés trouveront toutes les informations sur cet appel à formation à distance ainsi que la procédure de participation sur le portail : https://www.objectif2030.org/mooc/

 

Alfred NTUMBA

Conservation : Pacification à l’Est de la RDC, SPED met un accent sur la sécurisation des Virunga

La protection du Parc national des Virunga, gage de la sécurisation de la province du Nord-Kivu a fait l’objet d’une lettre adressée au gouverneur de la province du nord Kivu par la Synergie des écologistes pour la paix et le développement (SPED).  Dans cette correspondance dont Environews s’est procurée une copie, les membres de la synergie en collaboration avec  la société civile environnementale de cette même province veulent partager une réflexion avec  le gouverneur du Nord-Kivu, sur la sécurisation du parc national de Virunga.

« Cette aire protégée, site du patrimoine mondial de l’humanité dont la notoriété n’est plus à démontrer, joue un rôle non seulement écologique inestimable pour la biosphère mais aussi socio-écologique tant pour la province que pour les communautés riveraines », peut-on lire dans ce document.

A en croire ces activistes, ses écosystèmes forestiers et son réseau hydrographique dans le bassin du Nil  contribuent à la lutte contre le réchauffement climatique et que, la vie socio-économique des riverains en dépend, à travers les pêcheries sur le lac Edouard et avec les projets de production d’hydroélectricité initiés par l’alliance Virunga sur les sites de MATEBE, sur IVINGU, TALIHA.

Au vu des attaques des groupes  armés locaux et étrangers qui font rages dans ce coin du pays. Cette association invite le gouverneur de saisir l’occasion de la présence des FARDC pour taire toutes les tensions de la province. « Nous profitons de ce moment ou notre armée est résolue à en finir une fois pour toute avec les groupes armés pour solliciter auprès de la haute hiérarchie que vous représentez dans notre province son implication particulière dans la protection du parc national des Virunga», ont-il précisé. Continuer la lecture de Conservation : Pacification à l’Est de la RDC, SPED met un accent sur la sécurisation des Virunga

Opportunité : La FPF-CUK recherche un Directeur des Finances (délais étendu jusqu’au 24-01-2020)

Veuillez envoyer votre lettre de candidature et votre CV par e-mail: recruitment@forgottenparks.org,  avant le 24 janvier 2020. Veuillez indiquer la position dans l’objet de l’e-mail. Seuls les candidats retenus seront contactés.

Fondée en 2016, la FPF est une organisation dynamique avec une croissance rapide en conservation de l’environnement, qui a conclu un accord de partenariat public-privé avec l’Autorité de la faune sauvage de la RDC (ICCN) pour réhabiliter, gérer et développer le complexe de parcs nationaux d’Upemba-Kudelungu (CUK).

Étant à la recherche de la protection de cet incroyable habitat et des derniers éléphants du Katanga et des zèbres endémiques, ainsi que d’autres espèces qui sont en danger de disparition dans le deuxième et le plus ancien parc national de la RDC, La FPF reçoit un financement de l’Union Européenne et cherche à constituer son équipe, pour solidifier l’équipe de gestion des finances, ainsi qu’un soutien du secteur privé et d’autres donateurs.

  • Solliciter:Pour solliciter à ce poste, il vous faut d’être un résident de la RDC, et si pertinent, avoir un permis de travail.
    Notre objectif est de remplir ce poste aussi tôt que possible. Nous vous prions d’envoyer votre lettre de candidature et le CV à l’email :recruitment@forgottenparks.org, date limite, le 24  janvier 2020, avec copie pour information à Monsieur Rob Craig, <robhcraig@gmail.com>

Vous pouvez faire face à une variété de défis? Et vous souhaitez contribuer à la protection de cet incroyable habitat? Envoyez-nous votre candidature maintenant!

Poste : Directeur des Finances.Cahier des Charges en bref :

Vous serez responsable de toutes les opérations journalières comptables des finances de FPF-CUK.
Vous suivrez de prêt et fera l’évaluation des opérations de jour après jour, pour être sûr que les procédures comptables et financières établis sont respectés.

Vous mettrez en place les systèmes d’information et les processus comptables et financiers requises, pour garantir la soumission à temps opportun de l’information financière demandée par le Comité Exécutif de

page1image3327692752

Continuer la lecture de Opportunité : La FPF-CUK recherche un Directeur des Finances (délais étendu jusqu’au 24-01-2020)

Opportunité : Forgotten Parks cherche un Chargé des Resources Humaines, 40 heures par semaine (délais étendu jusqu’au 24-01-2020)

Veuillez envoyer votre lettre de candidature et votre CV par e-mail: recruitment@forgottenparks.org,  avant le 24 janvier 2020. Veuillez indiquer la position dans l’objet de l’e-mail. Seuls les candidats retenus seront contactés.

Poste vacant: Chargés des Resources Humaines, 40 heures par semaine

Lieu : Lubumbashi.

Forgotten Parks est à la recherche d’un Agent qui sera chargés des Resources Humaines, pour prendre les responsabilités diversifiés dans notre équipe national du Congo. Ces tâches divergent de l’administration des salaires et la coordination du recrutement des nouveaux postes, afin de mettre en exécution les politiques national de gestion du personnel, enfin de contribuer à un milieu de travail heureux et sain.

  • Solliciter:

Pour solliciter à ce poste, il vous faut d’être un résident de la RDC, et si pertinent, avoir un permis de travail.
Notre objectif est de remplir ce poste aussi tôt que possible. Nous vous prions d’envoyer votre lettre de candidature et le CV à l’email : resourceshumaine@forgottenparks.org, date limite 24  janvier 2019, avec copy pour information à Monsieur Rob Craig, « rob craig » <robhcraig@gmail.com>

À propos de FPF

Fondée en 2016, la FPF est une organisation dynamique avec une croissance rapide en conservation de l’environnement, qui a conclu un accord de partenariat public-privé avec l’Autorité de la faune sauvage de la RDC (ICCN) pour réhabiliter, gérer et développer le complexe de parcs nationaux d’Upemba-Kudelungu (CUK).

Nous croyons à la protection de cet incroyable habitat et des derniers éléphants du Katanga et des zèbres endémiques, ainsi que d’autres espèces qui sont en danger de disparition dans le deuxième et le plus ancien parc national de la RDC.

Profile

Comme chargés des Resources Humaines, chaque jour est différent de l’autre, vous assurerez la mise en œuvre des politiques de gestion du personnel de FPF, tant que dans le contexte national que international. Vous serez responsables pour la formulation des contrats leur renouvelements, faire les interviews salariales, administrations des dossiers du personnel, y inclus les congés de maladie, maintenir à jour les conditions de travail.

Les autres responsabilités incombent les assurances du personnel, les taxes, conditions de travail/hébergement à l’étranger.

Continuer la lecture de Opportunité : Forgotten Parks cherche un Chargé des Resources Humaines, 40 heures par semaine (délais étendu jusqu’au 24-01-2020)

Environnement : Le CBEA invite la RDC à considérer les études environnementales réalisées par les congolais

Le Cadre de Concertation des Bureaux d’Etudes Environnementales Agréés (CBEA) a fustigé le traitement inégal que l’Etat congolais inflige aux bureaux d’études d’évaluations environnementales au niveau national et l’attribution des marchés aux bureaux d’études étrangers au détriment des nationaux, en violation du décret n° 14/019. Il l’a fait savoir lors de la présentation de son rapport annuel 2019, publié le mardi 31 décembre 2019.  

Dans ce rapport, le CBEA bien que se trouvant en phase de plaidoyer entend lever l’équivoque sur le désintéressement de la République démocratique du Congo aux études environnementales menées par les bureaux nationaux, au profit des bureaux étrangers.

« Notre plateforme va essayer de redynamiser le travail des bureaux d’études de sorte qu’ils  soient réellement des entreprises qui puissent œuvrer normalement en faisant progresser le pays. Nous sommes convaincus que quand l’étude environnementale est bien faite, l’environnement sera protégé et beaucoup d’autres effets seront évités », a renseigné Patrice Tshitala, Coordonnateur de CBEA. Continuer la lecture de Environnement : Le CBEA invite la RDC à considérer les études environnementales réalisées par les congolais

Energie : SNEL, 505 agents et cadres ont pris leur retraite en 2019

57 agents et cadres de la SNEL ont pris leur retraite ce lundi 30 décembre. Après des services loyaux rendus à la nation congolaise. Ces agents et cadres viennent compléter la liste de 505 membres du personnel de la Société nationale d’Electricité ayant pris leur retraire méritée au cours de cette année.

« Il s’agit du respect de la Loi n°16/009 et n°16/ 013 du 15 juillet 2016 portant statut des agents de carrière de service public de l’Etat », a indiqué le directeur général de la SNEL, Jean-Bosco Kayombo.

Selon le directeur de ressources humaines, la décision de renvoyer en retraite cette masse n’a pas été si facile à prendre au regard des ressources financières importantes qui devraient être engagées. Grâce à la détermination des dirigeants de la société, les décomptes finaux de tous ces agents et cadres ont été payés régulièrement. Ainsi, ils peuvent passer leur retraite en toute quiétude et se sentir fier d’avoir servi les millions des congolais.

« J’ai une grande émotion de terminer cette carrière en bonté. Je suis entrée très jeune et aujourd’hui je termine en bonté en ayant occupé quatre département successivement. Je suis contente de partir dans cette retraite bien méritée », a déclaré Marie Kisua Kayombo, directrice en Continuer la lecture de Energie : SNEL, 505 agents et cadres ont pris leur retraite en 2019

Environnement : Crise au GTCR-R, qui de COPIL et Kabalako a raison ?

L’on peut se permettre de croire en une crise qui se dessine au sein du Groupe de Travail REDD Rénové (GTCR-R). Tout est parti de la correspondance du comité de pilotage (COPIL) de cette organisation de la société, qui dans sa lettre datant du 28 décembre dernier a signifie à Julien Kabalako, coordonnateur national, la fin de son mandat administratif à la tête cette institution. Dans la même correspondance, le COPIL a également signifié l’impossibilité du renouvellement du mandat du coordonnateur national.

Une décision qui n’a pas plu à Julien Kabalako, qui selon lui, il ne revient pas au COPIL de prendre une telle décision. Car, argue-t-il, ni au COPIL, ni à l’Assemblée générale, aucune recommandation n’a fait allusion au non renouvellement de son contrat.

Que disent les statuts du GTCR-R ?

En tant qu’ASBL, le GTCR-R dispose des statuts, d’un règlement d’ordre intérieur et le livre de procédures internes de gestion. Les textes des statuts stipulent que l’équipe de coordination est recrutée par un cabinet indépendant. Et le manuel des procédures fixe les modalités en précisant que le staff dument recruté par le cabinet indépendant doit être lié au GTCR-R par un contrat de travail à durée déterminée. Et c’est le COPIL qui doit engager le GTCR. Continuer la lecture de Environnement : Crise au GTCR-R, qui de COPIL et Kabalako a raison ?

Environnement : GTCR-R, Julien Kabalako rejette sa destitution

C’est un bras de fer qui s’installe désormais entre les membres du GTCR-R. réagissant à sa destitution par le COPIL (Comité de pilotage), Julien Kabalako rejette en bloc cette décision, qui selon lui ne relève nullement pas de la compétence de ce Comité.

« Ni au COPIL, ni à lAG, aucune recommandation na fait allusion au non renouvellement de contrat de staff de la Coordination nationale, moins encore celui du coordonnateur national qui est responsable dun organe statutaire. Cette tentative est une supercherie du COPIL pour bouffer largent du projet avec toute la mobilisation faite par nous. Cest le début dune longue crise pour la GTCR-R, si on ne fait pas attention », a déclaré Monsieur Kabalako.

Cette situation qui risque de lancer le discrédit sur la société civile mérite une concertation rapide au regard des allures qu’elle prend pensent les observateurs. Julien Kabalako qui n’entend pas desarmer, lance un appel en direction des partenaires techniques et financiers du GTCR-R, pour qu’une issue soit trouvé à cette crise qui se dessine au sein de cette organisation de la société civile.

Lire aussi  Environnement : GTCR-R, Julien Kabalako destitué de ses fonctions de coordonnateur national

« Cette situation impose une réunion rapide du comité des sages, puis une Assemblée générale extraordinaire au cours duquel, on adoptera avec les partenaires une feuille de route pour 2020 face à la situation avec un plan de suivi multipartite faite avec FONAREDD », a-t-il suggéré. « Il faut aussi en urgence que tous les partenaires (FONAREDD, PNUD, RFN, EFI) qui appuient le GTCR-R convoque une réunion en urgence ».

Réagissant notamment au motif évoqué par le COPIL, ce motif qui frise l’incompétence, Monsieur Kabalako a égrené quelques réalisations à son actif.  » Nous avons trouvé leGTCR-R sans siège, sans équipements, sans procédures internes de gestion. Après deux ans, le GTCR-R a un siège à Gombe avec des bureaux bien équipés aux standards requis. Nous avons des manuels de procédures, 15 coordinations provinciales avec deux unités payés chaque moi, nous avons un véhicule pour la mobilité… », a-t-il précisé.

Alfred NTUMBA

Environnement : GTCR-R, Julien Kabalako destitué de ses fonctions de coordonnateur national

Le coordonnateur national du Groupe de Travail Climat REDD – Rénové (GTCR-R), Julien Kabalako a été destitué de ses fonctions. Cette décision vient en réponse aux différentes recommandations relatives au fonctionnement de la Coordination Nationale, telle que décidé lors de la dernière assemblée générale de cette organisation de la société civile.

Julien Kabalako, ancien coordonateur du GTCR-R

« Contrairement à l’apparence institutionnelle, l’exécutif national était en souffrance dans la mise en œuvre du programme et que des options curatives devraient être prises pour redresser le front et mettre fin aux graves dysfonctionnements relevés », peut-on lire dans une correspondance du président du Comité de pilotage, Omer Kabasele Kabongo.  « Face à cette situation, et pour l’amélioration du rendement de l’Exécutif National dont les responsabilités sont notables dans la mise en œuvre de tous les programmes, votre Copil a levé des options correctionnelles et incitatives ci-après : le non renouvellement du contrat de travail du Coordonnateur National avec nos remerciements pour les services rendus ».

En attendant le choix du nouveau coordonnateur, c’est le Chargé de Programmes, Guy Kajemba qui va assurer l’intérim de ce poste.

Alfred NTUMBA

 

Premier Site d'information environnementale en Afrique centrale