Environnement : les élèves de l’ENA ont visité le village de kimpoko I

Dans le cadre de leur cours de développement rural, les élèves de l’Ecole Nationale d’Administration ont effectué une visite guidée au village KIMPOKO I dans la commune de Maluku. Cette activité à laquelle ont pris part près de 100 élèves de cet établissement, avait pour but de les  aider à concilier à la pratique,  différentes théories apprises au cours de leur formation.

« Nous avons voulu à travers cette balade, que les jeunes de l’ ENA qui sont en train de faire leur perfectionnement dans l’administration de la chose publique, puissent avoir une vue de la réalité par rapport à une question particulière des milieux ruraux, ces milieux à multiples facettes »,a expliqué Céline SIKULISIMUA , formatrice à l’ENA.

Pour les organisateurs, le choix de visiter Kimpoko I n’est pas si particulier mais plutôt relève du fait qu’il soit l’un des villages le plus proche de KINSHASA.

Une fois sur terrain, formateurs et élèves ont chacun déployé  ses connaissances et compétences pour palper du doigt les défis environnementaux auxquels fait face ce village.

De l’avis de tous, le constat fait sur terrain reste amer et démontre à quel point la sensibilisation des habitants de ce village se veut un impératif car les effets du changement climatique se font déjà sentir.

« Sur le plan environnemental, la déforestation pour la fabrication de  la braise (makala) a détruit presque toutes les forêts qui  existaient dans le coin. La population locale ne s’est pas encore imprégnée de la question des changements climatiques donc il est important qu’à ce niveau qu’on puisse leur apporter de l’information et les sensibiliser sur les questions qui les attendent. Ils ne sont même pas conscients que les changements climatiques est une question qui va les suivre », a renseigné Céline SIKULISIMUA. Continuer la lecture de Environnement : les élèves de l’ENA ont visité le village de kimpoko I

Forêts : La province de la Tshuapa dotée d’un conseil consultatif des forêts

Désormais, la province de la Tshuapa dispose d’un conseil consultatif des forêts. Une nouvelle qui réjouit  tous les fils et filles de cette province dont la forêt  est sa seule ressource. L’installation de cet organe technique multi-acteurs  a bénéficié  du soutien des programmes gouvernance forestière et Salonga du  Fonds mondial pour la nature WWF.

 « Doter la province de cet outil indispensable de la gouvernance forestière qui soit participative constitue sans nul doute une avancée significative dans la perspective de la  décentralisation », a déclaré Pancrace Boongo, gouverneur de la Tshuapa.

L’installation de cet organe a été  précédée par un atelier de formation  qui s’est étendu sur  5 jours.  Au cours de ces assises, les différentes parties prenantes ont eu droits aux échanges  sur les matières relatives à la gouvernance forestière, dans le but de renforcer leurs capacités et aussi  d’avoir le même niveau  de compréhension s’agissant de la gestion des forêts. Ceci les permettrait de bien accomplir leur mission qui reste celle d’accompagner  le gouverneur dans la prise des décisions relatives à la gouvernance forestière.

Les parties prenantes  se sont réjouies de  l’installation de cet organe et promettent de tout mettre en œuvre pour pérenniser cette richesse.

«  Je remercie le WWF pour son accompagnement, de mon côté je vais sensibiliser nos populations par rapport à l’utilisation de nos forêts. Je vais les conscientiser pour qu’ils comprennent comment gérer nos forêts, étant notable de la contrée, je crois que mon apport sera important », a affirmé Prospère BAKOLE, président de la société civile forces vives de la Tshuapa.

Héritée de l’ancien domaine de la couronne  royale  de Léopold II, cette  forêt  sur laquelle repose l’espoir de toute la province regorge plusieurs espèces végétales et animales.

Thierry-Paul KALONJI

Forêt : les mécanismes des arbres tropicaux, une recherche de pointe de Chadrack Kafuti

La dégradation des sols et la déforestation, ainsi que la hausse des températures, les pluies de plus en plus abondantes et les sécheresses prolongées, causées par le changement climatique modifient le comportement des arbres. Alors que certaines espèces ont montré leur capacité à s’adapter aux conditions changeantes en dispersant leurs graines plus rapidement ; d’autres ne semblent apparemment pas disposer des mécanismes nécessaires à leur survie. Financé par le fonds de l’Union europénne, Chadrack Kafuti a entamé une recherche sur les mécanismes d’adaptation des arbres tropicaux dans la réserve de biosphère de Yangambi, dans le nord de la RDC.

Chadrack Kafuti analyse un échantillon dans le premier laboratoire de biologie du bois de la RDC. Axel Fassio/CIFOR

Dans cette recherche, Chadrack Kafuti et son équipe se sont fixés comme  mission première de comprendre le fonctionnement des arbres, avant celui des mécanismes de leur d’adaptation, en faisant une examination proche des feuilles et des bois de ces arbres. La relation entre leurs caractéristiques, telles que la forme, la structure, les propriétés chimiques, le fonctionnement de ces espèces au stress hydrique et aux conditions météorologiques instables ont tout de même été examinés par ce scientifique.

« Nous avons constaté qu’il y avait une coordination entre le bois, responsable de l’approvisionnement en eau, et les feuilles, responsables de l’utilisation de l’eau, dans la lutter pour la survie. Certains arbres peuvent ajuster leur consommation en fonction de la disponibilité en eau ; Dans la partie haute du houppier, l’environnement est plus extrême et variable. Ces branches sont donc devenues plus efficaces dans l’utilisation de l’eau », a-t-il  expliqué. Continuer la lecture de Forêt : les mécanismes des arbres tropicaux, une recherche de pointe de Chadrack Kafuti

Catastrophes naturelles : Le Katanga dans l’œil du cyclone tropical IDAI

La partie sud de la province du Katanga pourrait être frappée par le cyclone tropical IDAI, prévient  la SADC, dans son bulletin du 13 mars dont une copie est arrivée à Environews. La zone de danger direct et étendu couvre la partie centrale du Mozambique, le Malawi, l’est du Botswana, le Zimbabwe, le centre-Est de la Zambie et l’extrême sud de la RDC.

Ce cyclone tropical IDAI se déplace vers le centre du Mozambique à une vitesse d’environ 176 km / h et devrait atterrir le 15 mars 2019. Les régions du nord-ouest, du centre du Mozambique et du nord-est du Zimbabwe vont probablement recevoir davantage de pluie avec impact direct du cyclone tropical IDAI du 15 au 17 mars 2019, indique ce bulletin. Continuer la lecture de Catastrophes naturelles : Le Katanga dans l’œil du cyclone tropical IDAI

Forêt : GASHE  déplore les inégalités et violations de droit des communautés locales à l’Equateur

Des Nombreuses illégalités et violation de droits des communautés locales vivant aux alentours des concessions d’exploitation agricoles et forestières ont été enregistrées lors d’une étude des cas menée par l’ONGD GASHE. Les résultats de cette étude ont été révélés lors d’un atelier organisé à Mbandaka.

«Nous venons de mener une étude préliminaire dans les zones qui pourront bénéficier de l’accompagnement du projet. Les problèmes observés dans presque tous les villages c’est le manque d’une étude d’impact environnemental et social dans la création ou extension des plantations agro industrielles.  Il y a beaucoup de négligence dans le secteur de  l’agro-industrie ; ils dévastent la forêt et s’accaparent les espaces de vie des communautés locales sans qu’ils soient tenus aux obligations sociales vis-à-vis de celles-ci », a fait savoir Papy Otoka, chef de projet MCD au GASHE. Continuer la lecture de Forêt : GASHE  déplore les inégalités et violations de droit des communautés locales à l’Equateur

One Planet : à Nairobi, Félix Tshisekedi fait une intervention pas à la hauteur des attentes

Serait-ce une impréparation ou alors la non-maîtrise du secteur des forêts et de la biodiversité qui serait à la base d’une sortie médiatique moins performante du Président de la République Félix Antoine Tshisekedi, lors de One Planet Summit à Nairobi  au Kenya, ce jeudi 14 mars 2019 ? Plusieurs environnementalistes congolais sont restés sur leur soif quant à la prestation du Chef de l’Etat en tant que panéliste à ce sommet.

 Dans une vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux, dans la soirée de ce jeudi, on y voit le chef de l’Etat répondant presqu’à demi-mots aux questions du modérateur du panel des experts.

Une situation qui n’a pas laissé indifférents certains acteurs. Les critiques à, l’endroit du chef et de ses conseillers n’ont pas tardé.

« Je suis sidérée d’entendre un mot pas cohérent. No sens ! Tout est vilain. Le chef a dit des choses qu’il ne comprend pas lui-même », s’exclame une journaliste spécialiste des questions environnementales. Continuer la lecture de One Planet : à Nairobi, Félix Tshisekedi fait une intervention pas à la hauteur des attentes

Eaux : Albert Kabasele attire l’attention de Tshisekedi sur le transfèrement des eaux de l’Ubangi vers le Lac Tchad

Après sa première lettre ouverte adressée au chef de l’Etat honoraire, Joseph Kabila Kabange, sur la problématique du transfèrement des eaux de la rivière Ubangi vers le Lac Tchad, le professeur Albert Kabasele Yenga-Yenga n’est pas au bout de ses efforts pour sauver la RDC d’une catastrophe qui pourrait advenir de ce projet dont l’ombre plane toujours sur les eaux de la RDC. Dans une nouvelle lettre ouverte adressée cette fois-ci à Félix Tshisekedi, le scientifique attire l’attention du chef de l’Etat congolais sur cette question, afin de ne pas tomber dans le piège qui pourrait lui être tendu à Nairobi, où il prendra part à la 4ème conférence des nations unies sur le Climat.

Cette insistance résulte du fait des résultats apparus dans les revues scientifiques démontrant largement une continuelle perte de la moitié du débit de cette rivière en soixante années, soit de 1960 à nos jours.

Ci-dessous, l’intégralité de la lettre du scientifique.

LETTRE OUVERTE AU CHEF DE L’ETAT RDC
……….///……………..
ALERTE AU PIÈGE DES NÉGOCIATIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE CONTRE LA RDC, AVANT LE SOMMET DE NAIROBI AU KENYA DU 14/03/2019
…………///…………
Deuxième Lettre Ouverte au Chef de l’Etat de la RD Congo par Le Dr Prof Albert Kabasele Yenga-Yenga
Directeur de l’Observatoire Spatial des Ressources Naturelles et du Climat OSRNaC sis UPN, Faculté des Sciences HOME3 Pavillon2 Local 7/8 www.osrnac.org
Expert Physicien Compliance Committee aux Nations Unies UNFCCC BONN ALLEMAGNE
………///////………. Continuer la lecture de Eaux : Albert Kabasele attire l’attention de Tshisekedi sur le transfèrement des eaux de l’Ubangi vers le Lac Tchad

Pollution : Barbara ASBL interpelle les autorités sur la pollution au mercure du lac Kivu

C’est dans une correspondance adressée au ministre provincial de la santé du Nord-Kivu,  que Barbara ASBL appelle les autorités à sensibiliser sur la pollution du lac Kivu par le savon à base du mercure.  Dans cette correspondance dont une copie est parvenue à Environews, cette association dénonce l’utilisation abusive des savons comme Mekako, Jaribu, Princess,  Miki et Rico, par des personnes qui se baignent habituellement dans ce lac.

Ignoré par plusieurs personnes, le mercure est un métal blanc liquide qui a des conséquences très fâcheuses sur la santé dont les organes cibles sont le système nerveux  central et les reins. A cela s’ajoute son impact sur la reproduction car une exposition au mercure pourrait multiplier par deux le risque d’avortement spontané lorsque le taux urinaire est supérieur à 50 microgramme/litre. Des anomalies du cycle menstruel et une baisse de la fertilité sont aussi causées  par une intoxication au mercure car celui-ci  traverse le placenta, ce qui augmente les risques des fausses couches. Continuer la lecture de Pollution : Barbara ASBL interpelle les autorités sur la pollution au mercure du lac Kivu

Conservation : Le Corps PPN évalue la situation de la protection des parcs Nationaux et Réserves naturelles

La direction générale de l’Institut congolais pour la Conservation de la  Nature (ICCN), a organisé un séminaire d’immersion en vue de la matérialisation de l’encrage du corps pour la protection des parcs nationaux et réserves naturelles apparentées (corPPN) au sein de cette institution. Cette réunion qui s’est tenue à Kinshasa, ce lundi 11 mars, a été une occasion pour cette nouvelle unité de passer en revue les difficultés auxquelles sont confrontés  les parcs et aires protégées de la RDC, en vue d’y apporter des solutions appropriées.

« Aujourd’hui l’encrage sur le corps PPN constitue un pas dans cette solution. Voilà pourquoi mes sentiments sont de grande satisfaction et  de reconnaissance aux autorités qui ont voulu que cela arrive. L’implication aujourd’hui du président de la République montre en réalité que la conservation de la nature, fait partie maintenant de grandes préoccupations de notre pays », a déclaré Cosma Wilungula,  directeur général de l’ICCN. « Jadis il n’en été pas ainsi. Voilà pourquoi nous pouvons nous réjouir de cet atelier de l’immersion qui est un de premier pas dans cette marche vers le lendemain meilleur de la conservation de la nature ». Continuer la lecture de Conservation : Le Corps PPN évalue la situation de la protection des parcs Nationaux et Réserves naturelles

Conservation : éducation environnementale, WCS sensibilise les élèves de Kinshasa

Plus de 90 écoliers de Kinshasa ont été sensibilisés sur l’importance de la biodiversité et les menaces qui pèsent sur celle-ci. L’activité a été organisée par Wildlife Conservation Society (WCS), le samedi 09 mars au parc animalier Kadima, dans la communie de Maluku à Kinshasa, en marge de la journée mondiale de la faune sauvage célébrée le 03 mars de chaque année.

Dans le souci d’inculquer les notions de conservation et stimuler l’intellect des écoliers à la préservation de la biodiversité, WCS s’est engagé à travailler avec les écoles à travers le pays.

« Ici , on voulait à cette occasion inviter les écoliers présents, et ceux d’autres écoles, à faire la promotion de clubs pour l’environnement au sein des écoles, afin que ce clubs soient un lieu où les ambassadeurs de l’environnement vont se réunir chaque fois pour promouvoir les activités en faveur de ce dernier », a déclaré le professeur Jean Paul Kibambe, coordonnateur du Système d’ Information Géographique (GIS) à WCS. Continuer la lecture de Conservation : éducation environnementale, WCS sensibilise les élèves de Kinshasa