Environnement : Amy Ambatobe choisit de conserver son mandat électif

Le ministre de l’Environnement et Développement durable de la République démocratique du Congo, Amy Ambatobe Nyongolo a choisi de conserver son mandant électoral conformément au prescrit de la constitution du pays. Dans sa correspondance du 19 février adressé au bureau provisoire de l’Assemblée nationale, Amy Ambatobe confirme sa volonté de lâcher le ministère.

« Conformément à loiarticle 108 de notre constitution et me réfèrent au communiqué officiel signé en date du 19 février 2019 par l’Honorable Ausse Afingoto Jackson, premier Secrétaire du Bureau provisoire, je viens par la présente vous informer que je conserve mon mandat électif à l’Assemblée Nationale », a-t-il indiqué. Continuer la lecture de Environnement : Amy Ambatobe choisit de conserver son mandat électif

Conservation : L’Allemagne prépare une loi protégeant les insectes

La ministre allemande de l’Environnement Barbara Hendricks  a annoncé que son pays   prépare  une loi visant à protéger les insectes. Elle l’a fait savoir dans un entretien accordé à l’hebdomadaire Bild am Sonntag, rapporte sciences et avenir. D’après le confrère, cette loi doit prévoir de réduire l’usage des pesticides et de consacrer des fonds à la recherche sur le sujet, a annoncé le 17 février 2019 la ministre de l’Environnement.

Si les insectes sont essentiels aux écosystèmes comme aux économies, ils sont en déclin rapide dans le monde entier : un tiers des espèces est menacée de disparition selon une étude publiée en février 2019, mettant en garde contre un « effondrement catastrophique » des milieux naturels. « Nous, êtres humains, avons besoin des insectes, ils ont besoin d’être protégés avec une loi spécialement pour eux« , a déclaré la ministre, Svenja Schulze, à l’hebdomadaire dominical Bild am Sonntag. Continuer la lecture de Conservation : L’Allemagne prépare une loi protégeant les insectes

Virunga : Seuls les deux sites, Nyiragongo et Kibumba reouverts au public

Les activités touristiques dans le parc national des Virunga ont été relancées depuis le vendredi 15 février, après être fermé au public pendant plus de neuf mois par l’ICCN, de suite d’une insécurité grandissante, a annoncé,  le ministre provincial de l’environnement et tourisme du Nord-Kivu, olivier Kamusinzi.

Le volcan Nyiragongo en activité à l’Est de la République démocratique du Congo.

« Après les analyses menées par l’organe compétent dans un premier temps, deux sites touristiques ont d’abord été ouverts ; il s’agit du site du volcan Nyiragongo et celui de Kibumba », a-t-il annoncé.

Pour lui, Pendant la période de suspension de ce parc, la province avait enregistré  d’énormes pertes en termes de flux touristiques et même monétaire, des retombées jusque-là non quantifiée. Continuer la lecture de Virunga : Seuls les deux sites, Nyiragongo et Kibumba reouverts au public

Energie : Nella Lisa Kalemba, «  le foyer amélioré est un secteur  novateur qui doit être régulé par l’Etat Congolais »

La fabrication de la braise utilisée pour la cuisson  à Kinshasa en particulier  et en République démocratique du Congo  en général signe l’arrêt de mort des milliers d’hectares de forêts. Une situation qui complique davantage la lutte contre les changements climatiques dont les effets  se font sentir de plus en plus en RDC. C’est pour répondre à cette question que plusieurs  initiatives ont vu le jour  à l’instar de la Société Biso na Bino  qui propose aux ménages Kinois des foyers  améliorés appelés  JIKO MAMU qui compte parmi  ses particularités  la consommation réduite de la braise.

Nella Lisa Kalemba, Directrice générale de Biso na Bino .

Avec un taux d’accès à l’électricité  ne dépassant pas le 10%,  près de 90% de l’énergie consommée par les congolais provient de la biomasse.  Les bois de chauffe et la braise sont les plus  sollicités pour satisfaire le besoin de cuisson. Malheureusement, cette biomasse est  utilisée de façon inefficace exposant ainsi ses utilisateurs à plusieurs risques comme celui lié à l’émission de fumée. Continuer la lecture de Energie : Nella Lisa Kalemba, «  le foyer amélioré est un secteur  novateur qui doit être régulé par l’Etat Congolais »

Forêt : Les OSC planifient les actions d’observation indépendante de l’exploitation forestière en RDC

En Afrique centrale, l’observation indépendante des forêts par les organisations de la société civile (OSC) peut améliorer la transparence et aider à renforcer le contrôle de l’illégalité de l’exploitation des ressources naturelles. Dans ce cadre, les OSC, membres du Réseau des observateurs indépendants des ressources naturelles en RDC (RENOI-RDC), ont pris part, récemment, au centre Loyola de la  Gombe/Kinshasa, à un atelier de planification des activités pour l’année 2019.

Mots d’ouverture par Me Essylot Lubala (OGF) & André Fache (UE)

A en croire, Me Essylot Lubala, Coordonnateur de l’Observatoire pour la Gouvernance forestière (OGF) qui assure provisoirement le  Secrétariat du RENOI, « le regroupement des OSC autour du RENOI offre la possibilité à la RDC de faire face à la vulnérabilité des écosystèmes forestiers face aux crimes organisés, à la corruption, bref à la mauvaise gouvernance du secteur forestier et de toutes les ressources naturelles». Ce qui créé, a-t-il renchéri, « la pauvreté généralisée et de tensions sociales ». Continuer la lecture de Forêt : Les OSC planifient les actions d’observation indépendante de l’exploitation forestière en RDC

Conservation : La Salonga abrite environ 15 000 bonobos et 1 600 éléphants de forêt

Les résultats d’un inventaire écologique mené dans le Parc national de la Salonga,  entre 2015 et 2018, par un groupe d’institutions de conservation de la biodiversité et de recherche a révélé que ce parc abrite environ 15 000 bonobos et 1 600 éléphants de forêt.

Un bonobo dans le Parc national de la Salonga. (Crédit photo, LuiKotae-T.Nicolon)

Dans un communiqué publié ce jeudi 14 février à Kinshasa, en marge de la célébration de la journée mondiale des Bonobos, l’ICCN et le WWF se félicitent de ces résultats encourageants qui doivent interpeller les décideurs sur l’importance cruciale de protéger ce joyau écologique.

« Cela me remplit de fierté que les divers partenaires de conservation et de recherche se soient réunis pour établir des données de base à jour sur les espèces phares et d’autres espèces difficiles à recenser, ainsi que sur les menaces auxquelles elles font face dans le plus grand parc de forêt tropicale humide du continent africain, permettant ainsi à la direction du parc de surveiller et évaluer de près nos efforts de conservation », a déclaré le Directeur général de l’ICCN, Pasteur Cosma Wilungula. Continuer la lecture de Conservation : La Salonga abrite environ 15 000 bonobos et 1 600 éléphants de forêt

Conservation : Le Sri Lanka accueillera la 18ème conférence des parties à la CITES

Près de 183 parties à la CITES ( Convention sur le commerce International des Espèces de faune et de flore Sauvage menacée d’extinction), se réuniront dans la salle de conférence internationale Bandaranaike Mémorial à Colombo, au Sri Lanka, pour la prochaine Conférence mondiale sur la vie sauvage  qui se tiendra du 23 mai au 3 juin, indique un communiqué de la CITES rendu public ce mardi, 12 février 2019.

Les éléphants dans le Parc national de la Garamba en RDC.

Selon la secrétaire générale de la CITES, Ivonne Higuero, Les discussions à la CdP18 auront un impact significatif sur la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité, notamment dans le contexte de la mise en œuvre du Programme de développement durable des Nations Unies 2030 et de la réalisation des objectifs de développement durable. « Nous espérons sincèrement avoir le plaisir de vous accueillir à Colombo en mai prochain et d’aider toutes les parties prenantes à progresser dans le respect des engagements pris en matière de biodiversité», a-t-elle déclaré. Continuer la lecture de Conservation : Le Sri Lanka accueillera la 18ème conférence des parties à la CITES

Forêts : La RDC et le Mozambique Signent des accords historiques pour réduire les émissions de carbone

La République démocratique du Congo (RDC) et le Mozambique, sont les premiers des 19 pays du Fonds carbone (FCPF) à signer des accords historiques avec la Banque mondiale qui récompensent les efforts des communautés pour réduire les émissions de carbone en s’attaquant à la déforestation et à la dégradation des forêts. L’information a été livrée ce mardi 12 février par cette institution de Breton Wood.

En plus de la réduction des émissions, ces programmes devraient également contribuer aux moyens de subsistance, notamment aux opportunités économiques offertes par l’utilisation intelligente des sols face au climat, ainsi qu’à la conservation de la biodiversité et des écosystèmes.

«Cet accord marque une étape importante dans les efforts du Mozambique pour lutter contre le changement climatique. La Banque mondiale et le FCPF ont joué un rôle déterminant dans la négociation et la sécurisation de cet accord », a déclaré Celso Correia, ministre du Territoire, de l’Environnement et du Développement rural du Mozambique. Continuer la lecture de Forêts : La RDC et le Mozambique Signent des accords historiques pour réduire les émissions de carbone

Côte d’Ivoire : GOLI BONI Pierre, «  l’agriculture en Afrique a un secret»

L’Afrique possède une grande variété des zones agro-écologiques, qui sont des forets ombrophiles marquées par la saison de pluie et sèche, ainsi que d’une végétation relativement clairsemée. Au cours des trois dernières décennies, les gains de productivité agricole en Afrique ont été obtenus dans une large mesure  par une expansion continue des cultures pluviales et vivrières compte rendu de la fertilité du sol africain. Goli Boni Pierre, directeur général d’EDEN COMMODITIES affirme, depuis la Côte d’ivoire à Bouaflé, où il vit, que le secteur d’agriculture en Afrique est prometteur pour celui qui a de la technicité, de l’endurance et de la patience.

« Le secret pour réussir en agriculture se résume dans l’endurance, la technicité, l’objectivité, l’abnégation, la constance, l’innovation, le savoir-faire et le savoir-être. Pour proliférer dans ce secteur, l’agriculteur doit mettre en place un calendrier agricole bien établit en fonction de sa parcelle cultivable afin d’optimiser sa surface à emblaver », déclaré GOLI BONI Pierre, directeur général d’EDEN COMMODITIES.

Pour pérenniser son activité, l’agriculteur doit assurer l’arrosage que ça soit par les techniques d’irrigation, le goûte à goûte, le micro aspersion, ou encore l’irrigation automatisée à distance, car l’eau est un élément indispensable pour la nutrition des produits agricoles. Quant à la la rentabilité du sol, l’agriculteur est appelé à accorder un temps de repos à son champs, une alternative naturelle et écologique de la fertilité du sol. Continuer la lecture de Côte d’Ivoire : GOLI BONI Pierre, «  l’agriculture en Afrique a un secret»

Climat : Un projet d’appui au processus de planification de l’adaptation en RDC

Vue l’insuffisance dans l’intégration de l’adaptation  au changement climatique au sein de différents mécanismes étatiques, et l’incapacité du pays à financer et soutenir ce type d’initiatives, le PNUD a procédé ce vendredi 08 février, au lancement du projet de Planification de l’investissement à moyen terme pour l’adaptation dans des secteurs sensibles aux conditions climatiques en RDC, afin de faire avancer le processus d’élaboration du plan national d’adaptation.

Validé en mai 2018, ce projet qui s’exécutera sur dix-huit mois, se fixe comme objectif, entre autres, faire progresser le processus de planification de l’adaptation pour les secteurs et régions prioritaires de la RDC, sensibles aux conditions climatiques et contribuer à la mise en œuvre de la politique, stratégie et plan d’action pour le changement climatique (PSPA-CC) 2016-2020.

Pour arriver à relever ces défis, plusieurs secteurs de l’environnement devront être soumis à des multiples efforts. Il s’agit du secteur d’assainissement, de l’eau, de la santé, de l’agriculture,  de la biodiversité et tant d’autres. Continuer la lecture de Climat : Un projet d’appui au processus de planification de l’adaptation en RDC