Actualités - Climat

En deux ans, l’ANSER a réussi à mettre en œuvre 49 projets d’électrification

Featured Image

En seulement deux ans, l’ANSER (Agence nationale de l’Électrification et des Services Énergétiques en milieux rural et périurbain), est parvenue à élaborer des plans d’électrification pour toute la République démocratique du Congo. Au total, 270 projets matures sont déjà dans le pipeline, dont 49 déjà en cours de réalisation dans le cadre du programme d’investissement prioritaire. Cette information a été livrée par le directeur général adjoint de cet établissement public. C’était autour d’un side event organisé à Dubaï le mercredi 06 décembre, en marge de la COP28.

« Nous avons livré des projets en début d’année dans le grand Kwuilu, d’ici la fin de cette année, nous allons en livrer une dizaine, et en début d’année prochaine nous livrerons une trentaine. Les perspectives sont bonnes, car nous avons les assurances des financements, surtout le soutien du secteur privé national et international très intéressé dans ces projets », a renseigné Damien Twambilangana, directeur général adjoint de l’ANSER.

Il a tout de même informé que grâce au Fonds Mwinda, l’ANSER s’emploie à créer des conditions nécessaires pour attirer le secteur privé à investir dans l’électrification des zones rurales et périurbaines..

« Nous avons trop peu de ménages connectés particulièrement dans les zones rurales et périurbaines où personne ne veut aller parce que ce n’est pas rentable. Le taux global d’électrification est autour de 20%, mais dans les zones rurales c’est moins d’un pourcent », a-t-il fait savoir.

En effet, l’arrêté interministériel signé récemment entre les Ministères de l’énergie et celui des Finances vient d’apporter de l’eau au moulin. Désormais, l’ANSER devra mobiliser les moyens de sa politique à travers quatre actes de collecte de redevance, et ainsi mobiliser jusqu’à 100 millions de dollars pour faciliter la mise en œuvre de ses différents projets d’électrification dans les milieux ruraux et périurbains.

« En réalité, la loi prévoit que nous collections une dizaine de taxes. Mais, actuellement nous en avons 4 qui vont nous permettre de mobiliser 100 millions,. Nous passons que c’est une porte qui s’est ouverte pour que nous puissions aller très vite. Ces taxes seront prélevées sur tout ce qui est hydrocarbures, carbone, etc. par exemple, nous avons un pourcentage sur chaque facture émise par la SNEL », a informé le DGA.

L’ANSER reste déterminée à mener à fond sa mission, et faire du secteur de l’électrification rurale une aubaine pour le secteur privé. Au-delà de l’atteinte des objectifs du développement durable, l’électrification de l’arrière-pays contribuera de manière significative au PIB du pays.

« Tous les projets d’électrification que nous implémentons génèrent de l’emploi et ça crée de la richesse. Le PIB de notre pays va devoir augmenter chaque année grâce à l’impact de ce que nous allons prélever », a-t-il conclu.

Depuis Dubaï, Alfredo prince NTUMBA

they put their trust in us

AFDGIZHirondelleSNELWWF