Actualités - Environnement

L’AFD amorce des discussions avec la RDC pour matérialiser les engagements d’Emmanuel Macron

Featured Image

Faisant suite à la visite du président Emmanuel Macron à Kinshasa, le directeur régional de l’Agence française de Développement (AFD), Christian Yoka a échangé avec la presse congolaise autour de différents engagements de développement pris par le président français. C’était à l’occasion d’un déjeuner de presse, organisé le mardi 28 mars, dans la résidence de l’Ambassadeur de France à Kinshasa.

« Dans le prolongement du passage du président Macron, notre portefeuille a considérablement évolué. Nous avons signé en décembre 2022, un protocole qui fixe les activités de l’AFD dans la période 2022-2025, à un montant de 500 millions d’euros à engager. Et trois conventions ont été signées par le Président lors de son passage à Kinshasa. L’un sur la sécurité alimentaire, l’autre dans le secteur de l‘énergie, et le troisième dans le secteur de la santé », a-t-il précisé.

Outre ces grands projets précités, trois autres projets centrés sur le secteur du développement urbain font partie du portefeuille français en RDC. C’est notamment un projet dans le cadre de ville durable, un autre dans le domaine de l’énergie et enfin un autre projet dans le domaine de la mobilité durable.

« Les portefeuilles des projets ont été signés. A présent nous travaillons avec la partie congolaise pour voir comment concrétiser tous ces engagements », a renseigné Christian Yoka.

Abordant dans le même sens, le directeur régional du groupe AFD a informé que les deux parties travaillent pour identifier la ville qui devra faire l’objet du projet « ville durable » annoncé par le le chef de l’Etat français, Emmanuel Macron.

« Ce qui est recherché ici, c’est de travailler sur une ville secondaire, en fonction de la disponibilité des études », a précisé Monsieur Yoka.

Parmi les thématiques sur lesquelles les travaux de cette ville durable seront basés, figure notamment l’amélioration des conditions de vie des populations en travaillant sur les enjeux liés à la voirie urbaine, la mobilité et la gestion des déchets.

Qu’est ce qui bloque le démarrage du PGDF ?

A en croire la directrice de l’AFD en République démocratique du Congo, Safya Otokoré, le Programme de gestion durable des forêts dont la convention a été signé entre l’AFD et le Ministère des finances de la RDC ne souffre d’aucun blocage à ce jour. Néanmoins, chaque partie doit se conformer aux textes qu’elle a signés.

« On est en attente dans le cadre de cette convention pour remplir les conditions, il n y’a rien d’insurmontable. Chacun doit se conformer aux textes qu’il a signés tout simplement. Par exemple, nous venons de signer trois conventions dont deux conventions de prêt. Pour qu’elles soient mises en exécution, il faut que le Parlement ratifie. Si le Parlement ne le fait pas, rien ne bouge », a-t-elle révélé.

Revenant sur les inquiétudes soulevées par la société civile au sujet de la prétendue mainmise de la ministre d’Etat, ministre de l’Environnement, Eve Bazaiba, sur le décaissement des fonds du PGDF, Safya Otokoré a précisé que cela n’en est pas ainsi. « Tout ce qui relève du circuit financier, l’AFD traite avec le Ministère des finances », a-t-elle précisé. 

Notons que dans le cadre de ses engagements en RDC, le groupe AFD entend aider ce pays confronté à des grandes fragilités sociales persistantes, à relever les défis liés à la réduction de la pauvreté, la gestion durable des ressources naturelles et le financement du développement. Pour y arriver, le groupe AFD investit dans le développement durable du pays en s’alignant sur les priorités gouvernementales.

Alfredo Prince NTUMBA

they put their trust in us

AFDGIZHirondelleSNELWWF