Actualités - Climat

Le FEM approuve le décaissement de 1,4 milliards USD pour lutter contre les crises du climat et de la biodiversité

Featured Image

Réuni au Brésil, l’organe directeur du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) a approuvé le décaissement de 1,4 milliard de dollars pour accélérer les efforts de lutte contre les crises du climat, de la biodiversité et de la pollution. Le programme de travail profitera aux 43 pays les moins avancés et aux 37 petits États insulaires en développement par le biais de plusieurs programmes et projets intégrés. Le fonds soutient les efforts de six pays d’Afrique, la République démocratique du Congo, le Cameroun, la République centrafricaine, la Guinée équatoriale, l’Angola et Sao Tomé-et-Principe – pour lutter contre la perte et la dégradation des forêts. L’annonce a été faite ce lundi 26 juin, à Brasilia.

« Cette grande et large injection de soutien permettra aux pays en développement, dont le Brésil, de répondre de manière plus stratégique aux préoccupations environnementales qui nous affectent tous », a déclaré Carlos Manuel Rodríguez, ancien ministre de l’environnement et de l’énergie du Costa Rica, devenu PDG et président du FEM en 2020. « Nous sommes très heureux de fournir un financement à cette échelle alors que nous envisageons de lancer et d’héberger le nouveau Fonds-cadre mondial pour la biodiversité ».

Les membres du Conseil du FEM, qui représentent les groupes constitutifs des 185 pays membres du fonds multilatéral, ont exprimé leur ferme soutien aux efforts visant à lutter contre les menaces environnementales de manière holistique, comme par le biais du Programme intégré Amazon, Congo et Biomes forestiers critiques qui s’étend sur 25 pays.

« Cette réunion représente une énorme opportunité pour nous de créer des ponts et des canaux de dialogue », a déclaré Marina Silva, ministre brésilienne de l’environnement et du changement climatique. « Il n’y a pas de dilemme entre la protection de l’environnement et la lutte contre la pauvreté : les effets du changement climatique frappent plus durement les populations les plus vulnérables ».

Le soutien du Conseil du FEM au programme de travail record ciblant les causes profondes des dommages environnementaux s’est produit au milieu d’un élan important pour la diplomatie environnementale, à la suite de récents accords décisifs sur la biodiversité et la haute mer, et des progrès sur les plastiques et d’autres questions.

Le programme de financement comprend un soutien à 136 pays et met l’accent sur les actions visant à lutter contre la perte d’espèces et d’habitats, conformément au cadre mondial pour la biodiversité de Kunming-Montréal convenu en décembre. Il couvre 94 % de tous les pays éligibles au soutien du FEM, qui comprennent les pays en développement, les pays à économie en transition, les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement.

Le financement du FEM devrait générer 9,1 milliards de dollars supplémentaires de cofinancement provenant d’autres sources, pour un soutien total de 10,5 milliards de dollars. Une autre initiative soutenue dans le programme de travail est un effort visant à améliorer la coopération internationale dans le corridor marin du Pacifique tropical oriental, qui relie les eaux de la Colombie, du Costa Rica, de l’Équateur et du Panama, pays qui ont déjà protégé plus de 30 % de leurs territoires marins. . L’appui de 14 millions de dollars du FEM devrait mobiliser 53 millions de dollars supplémentaires

Alfredo Prince NTUMBA

they put their trust in us

AFDGIZHirondelleSNELWWF