Actualités - Climat

À la COP28, Tenure Facility a partagé ses expériences de sécurisation des terres des communautés locales et des peuples autochtones

Featured Image

La COP28 a été un cadre idéal pour Tenure Facility de présenter devant les partenaires et bailleurs de fonds, les résultats de ses interventions notamment dans les pays du bassin du Congo, l’Asie, l’Amérique et l’Europe. Dans une interview exclusive accordée à Environews RDC, le 09 décembre, à Dubaï, Nonette Royo, directrice exécutive de cette organisation internationale s’est félicitée de la participation de son institution à ces assises mondiales et du travail qui se fait sur le terrain pour sécuriser les terres des communautés locales et des peuples autochtones.

« Les gardiens de notre nature, de nos forêts, et de notre planète font face aux effets du changement climatique. Tenure Facility apporte son soutien dans la sécurisation des droits à la terre de ces communautés de manière collective. Nous aidons les communautés à s’asseoir à la même table avec les gouvernements pour leur dire que les crises climatiques planétaires peuvent être évitées si l’on considère les savoirs et connaissances traditionnelles », a-t-elle déclaré.

Pour la directrice exécutive de Tenure Faclity, ce message a été repris plusieurs fois par le président de la  COP28 au cours de ses différentes interventions. Cela explique bien l’urgence qu’il y’a à prendre en considération les réels besoins de ces communautés qui vivent au quotidien les effets néfastes des changements climatiques.

« Nous avons voulu dire aux politiques qu’il est temps de considérer l’interdépendance qui existe entre les hommes et la nature. C’est pour cela que nous sommes venus à la COP pour informer tous les décideurs politiques à travers le monde. Après cette COP, nous voulons voir chaque gouvernement, et le secteur privé s’investir sur l’usage et les priorités des terres afin de savoir qui et comment peut-on protéger toujours les terres, les communautés et les ressources », s’est-elle félicitée.

Durant les trois dernières années, Tenure Facility a accumulé une expérience dans l’accompagnement des communautés locales et des peuples autochtones dans l’obtention de leurs titres de propriété perpétuelle. A travers cette COP, « nous avons voulu donner de l’espace à nos partenaires de discuter directement avec les décideurs. Car, les communautés pour lesquelles nous nous battons sont celles qui font face aux effets des changements climatiques. Il est temps de travailler ensemble pour trouver des solutions à ces problèmes », a précisé Margaret Rugadya, coordinatrice Afrique de Tenure Facility.

Au cours de ces assises, l’équipe de Tenure Facility et ses différents partenaires de mise en œuvre ont fait la ronde de quelques side event pour passer un message clé aux décideurs politiques, celui d’adapter les décisions aux réalités de la base.

« La tenure Facility a voulu donner le message au bailleurs qui donnent le fonds pour souligner ce que nous faisons sur le terrain, avec et pour les communautés locales et les peuples autochtones. Mais aussi, souligner le fait que les financements pour l’adaptation aux changement climatique devront parvenir aux communautés locales en vue de renforcer leur résilience », a renchéri Théophile Gata, directeur exécutif de CAGDFT.

A l’en croire, depuis 2020, le partenariat entre Tenure Facility et CAGDFT a permis de sécuriser plus de 280 milles hectares de terres en faveur des communautés locales et des peuples autochtones de la République démocratique du Congo, à travers le processus de la foresterie communautaire.

« Nous avons une phase 2 de ce projet qui consiste à sécuriser 200 mille hectares. Nous pensons que ce partenariat est sur la bonne voie pour que les communautés sécurisent leurs terres, et améliorent aussi leurs conditions de vie. Nous avons un appui qui sera assuré par US Forest Services pour certaines CFCL de Kenge », a précisé Monsieur Gata.

Alfredo Prince NTUMBA

they put their trust in us

AFDGIZHirondelleSNELWWF