Actualités - Climat

15 000 pieds de bambous de Chine pour lutter contre les érosion à l’UNIKIN

Featured Image

C’est par cette activité de plantation des bambous de chine que la journée nationale mondiale de l’arbre a été célébrée sur le site universitaire de Kinshasa. A ce jour, l’UNIKIN compte plusieurs têtes d’érosions menaçant de détruire ce site qui loge 12 facultés, les homes des étudiants, les Cliniques universitaires de Kinshasa, le Centre régional d’études nucléaires de Kinshasa (CREN-K), les écoles régionales-post universitaires et le Complexe scolaire Mont-Amba. L’idée derrièredernière ce projet est de profiter de nombreuses spécificités de cette essence à la croissance rapide, à la solidification et la régénération des sols pour constituer une muraille verte dans et aux alentours du site Universitaire. Cette activité a eu lieu ce lundi 05 décembre à Kinshasa.

« Nous avons à faire à une faculté des sciences avec sa mention environnement qui elle est pétri des notions de Botaniques, d’agronomie, de végétation etc. l’expertise de l’université, les enseignants et leurs apprenants ont pu choisir absolument quel était le meilleur moyen pour résister aux conditions climatiques de ce milieu et le meilleur moyen d’aider le pays dans cette lutte inéluctable contre l’érosion. Nous avons appris d’ailleurs que la lutte contre le changement climatique est dansans la capacité de cet arbre à absorber, conserver et stocker le carbone », a déclaré le Professeur JEAN-MARIE KAYEMBE, recteur de l’université de Kinshasa (UNIKIN).

Le fonds Forestier national a financé ce projet dans le but de sauver l’Université de Kinshasa menacée par plusieurs têtes d’érosions. Cette action s’inscrit également dans le cadre du programme un milliards d’arbres à l’horizon 2023. L’initiative du président de la république FélixFelix Antoine Ttshisekedi adoptée en conseil des Ministres comme programme prioritaire du gouvernement sur la lutte contre le changement climatique.

« Aujourd’hui c’était la mise en terre c’était quand-même important d’être valablement représenté pour voir que notre projet financé est en train de produire des fruits. Non seulement nous l’avons financé avec des pépinières mais nous assurons de près et de loin le suivi pour que ces plantules deviennent des véritables bambous et s’attendre à érigers’attendre ériger cette muraille verte. Tout ce que nous avons vu, nous allons le rapporter pour que dans notre prochaine réunion qu’on fasse des éloges. Nous pouvons déjà prédire qu’avec l’engouementl’engoulement que nous voyons et le staff technique à la place nous permettra de pouvoir le continuer pourquoi pas à le répliquer ailleurs », a rapporté Gervais Rugenge Baguma, PCA au Fonds forestier national.

Le bambou dispose de plusieurs vertus et plusieurs usages. Pour les Chinois il y a plusa plus de 10001,000 usages. Partenaire à cet évènement, le gouvernement chinois à travers son ambassade attend accompagner la RDC dans la lutte contre la dégradation de son sol et des érosions. Le bureau de l’ambassadeur a promis de travailler également en étroite collaboration avec le gouvernement pour promouvoir la culture des bambous à travers le pays.

« La bonne nouvelle est que la RDC va devenir le membre à part entière de l’organisation internationale des bambous et cotons. J’ai eu le privilège de visiter cette institution, c’estinstitution c’est très impressionnant ce qu’ils font comme travailtravaille et la RDC avec ses conditions de terre favorable à la culture sera un grand atout dans ses projets de promouvoir la culture des bambous et de rotin (INBAR). Nous encourageons les autorités du pays à l’usage des bambous pour éviter les têtes érosives sur son territoire », a renseigné Xu Yuanjie, conseiller économique de l’ambassade de chine en RDC

Ici c’est l’aboutissement d’un projet conçu essentiellement par des étudiants de la faculté de science de l’environnement. La coordination étudiante réitère son engagement à assurer le suivi de ces plantules jusqu’à leur maturité. 

« Les autorités académiques, administratives et le Fonds Forestier National nous ont accompagnésaccompagné depuis le début, nous souhaitons pleine chance au projet que nous avons mené jusqu’ici. Nous la coordination en compagnie de nos camarades étudiants, nous restons sur terrain. Nous n’allons pas seulement nous limiter à planter mais également faire le suivi de ces plantules jusqu’à ce qu’ils aillent grandir pour devenir des bambous matures et prêtes à jouer le rôle auquel on s’attend sur terrain », a émis BERTIN MBUYA KILABI, le coordonnateur du projet de la muraille verte en bambous de Chine

A l’issue de cette activité, les parties ont convenu de la stratégie de collaboration à l’effet de réussir ce projet. Ils ont promis de continuer d’apporter un appui matériel et financier afin de concrétiser cette vision de création de la muraille verte sur ce site de la ville de Kinshasa.

Albert M.

they put their trust in us

AFDGIZHirondelleSNELWWF