Actualités - Environnement

Tensions communautaires à Kwamouth, le gouvernement appelle la population à privilégier la paix

Featured Image

Après avoir assisté un long moment aux affrontements entre les tribus Téké et Yaka dans le territoire de Kwamouth en province de Mai Ndombe dans le sud-ouest de la RDC, le gouvernement de la République démocratique du Congo a appelé les deux communautés au cessez le feu. Dans la nouvelle mise à jour de cette situation, l’Etat congolais appelle les peuples de la région à privilégier la paix car les actes de violences enregistrés entre les deux camps ont fait plusieurs dizaines de morts et des milliers d’autres personnes forcées d’abandonner leurs domiciles pour se cacher dans la forêt. 

Cette information a été rendue public par le ministre congolais de la Communication et médias, Patrick Muyaya dans un briefing de presse co-animé avec ses homologues ministres dont le ministre de l’Intérieur, Daniel Aselo Okito et la Ministre déléguée près le président de la République, Nana Manuanina Kihimba ce jeudi 09 février à Kinshasa.

« Nous avons voulu faire le point de l’évolution de deux phases de la mission de pacification qui permet de noter des évolutions positives sur le terrain particulièrement dans le Kwamouth en général dans le grand Bandundu. C’est un sujet sur lequel nous reviendrons parce qu’il y’a une troisième composante toute aussi importante. Il s’agit de la composante judiciaire parce que les responsabilités doivent être établies le moment venu. Nous souhaitons que les populations suivent les instructions et de ne pas prêter attention aux toutes les rumeurs et messages qui circulent sur les réseaux sociaux qui ont pour objectif de jeter un vent de panique pour ce qui concerne le gouvernement », a renseigné Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement de la RDC.

La loi n°73-021 datant du 20 juillet 1973, dite « foncière », telle que modifiée et complétée par n°80-008 du 18 juillet 1980, portant sur le régime général des biens, régime foncier et immobilier et régime des sûretés est claire sur la souveraineté de l’Etat. Le pays entend saisir son appareil judiciaire pour établir des responsabilités et exiger de réparation entre les deux camps.

« Les conflits que nous avons aujourd’hui sont plus liés au foncier et coutumier. Quand nous voyons autour de ça. Ce sont surtout ces personnalités coutumières qui sont à la base cette question avait été examinée à son temps, une lettre du peuple Yaka, nous avait été adressée. Je pense qu’il existe bel et bien une loi qui définit comment les autorités coutumières gèrent ces terres. La République démocratique du Congo a bien fait de les associer à la protection de la terre. Le mal est que dès qu’ils ont cette prérogative il y’a de ceux-là qui en abusent. C’est un problème qui est devenu récurrent », a rapporté le Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, Daniel Aselo Okito.

Les autorités congolaises ont réitéré l’appel au calme aux populations à Kwamouth. Ils ont rassuré que les dispositions sécuritaires sont prises pour une réconciliation à l’amiable. Le gouvernement congolais appelle la population congolaise en général et de Kwamouth en particulier de ne pas céder à l’instrumentalisation des messages véhiculés sur les réseaux sociaux puisqu’ils profitent aux intérêts personnels des hommes de mauvaise foi.

« Aujourd’hui on ne parle plus de tuerie à Kwamouth. Nous avons tout l’intérêt d’agir ensemble en même temps pour l’intérêt de la population congolaise à côté des efforts du président de la république, gouvernement, des forces armées, de la commission. Le processus de paix aujourd’hui évolue très bien parce que les populations regagnent leurs villages surtout avec la présence de la police. De plus en plus il y’a du calme et nous n’entendons plus parler des villages incendiés, des gens décapités bien que ces avancées n’excluent pas quelques points chauds qui restent là où nous continuons à travailler à travers une commission de négociation sur terrain », Nana Manuanina Kihimba. Ministre déléguée près le président de la République.

A en croire le Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, Daniel Aselo Okito, le conflit qui oppose les communautés Teke et Yaka est lié à la redevance coutumière depuis quelque temps. La question avait été suspendue parce qu’il nécessitait une étude consistante avant de procéder à son exécution.

« Comme vous le savez pour augmenter les taxes, il se passe toujours des préalables comme l’élargissement de l’assiette fiscale, il faut se rendre compte de certains facteurs comme les assujettis, le pouvoir d’achat pour savoir s’il y’a possibilité de supporter ces taxes ou pas. Pour ce cas d’espèces la réponse du ministère était claire que cette démarche n’était pas correcte. On avait jugé bon d’attendre et de surseoir à ces décisions. C’est de cette façon que cette décision avait été réglée en son temps. Ce sont des entités coutumières qui sont des gardiens de terres », a-t-il martelé.

Signalons que Les dispositions de la loi qui précise que « le sol et le sous-sol appartiennent à l’État congolais » ne suffisent pas, car dans plusieurs régions du pays, la loi coutumière est de mise. Les législateurs congolais ont été notifiés pour requalifier dans les prochains jours le texte de loi lié à la gestion des terres en RDC pour mettre fin à ces désagréments.  

Albert MUANDA

they put their trust in us

AFDGIZHirondelleSNELWWF