Actualités - Biodiversité

Le conseil d’administration du FEM examinera un programme de $916 M destinée à des investissements ambitieux dans la nature

Featured Image

Le conseil d’administration du Fonds pour l’environnement mondial débutera l’année 2024 avec des décisions sur un financement de plus d’un milliard de dollars pour l’adaptation au changement climatique, la biodiversité, la santé des océans, le contrôle de la pollution, et bien plus encore, alors que la famille de fonds du FEM continue d’élargir le soutien qu’elle apporte à de multiples organisations internationales.

Le Conseil du FEM examinera un programme de travail de 916 millions de dollars – le deuxième plus important de l’histoire du fonds fiduciaire multilatéral – lors de sa réunion du 5 au 9 février. Les représentants des 186 pays membres du FEM examineront également 203 millions de dollars de financement pour l’adaptation provenant du Fonds pour les pays les moins avancés (LDCF) et du Fonds spécial pour le changement climatique (SCCF), et constitueront la toute première réunion du conseil d’administration du nouveau Fonds-cadre mondial pour la biodiversité (GBFF).

Chacun de ces fonds gérés par le FEM se prépare pour une année aux enjeux élevés au cours de laquelle les pays frappés par des températures record et des catastrophes se réuniront pour des conférences des parties sur la biodiversité, le changement climatique et la désertification, et feront progresser la collaboration sur les produits chimiques, les plastiques, les océans et la faune.

« S’il y a une leçon à tirer de 2023, c’est que nous n’avons pas de temps à perdre. Le FEM s’efforce de déployer rapidement et efficacement toutes les ressources que les donateurs nous ont confiées pour la période 2022-2026 afin que nous puissions générer un maximum de bénéfices pour nos pays bénéficiaires et pour la planète », a déclaré Carlos Manuel Rodríguez, PDG et président du FEM.

A l’en croie, chaque dollar du programme de travail proposé par le FEM couvrant 77 pays devrait mobiliser 8,90 dollars supplémentaires en cofinancement provenant d’autres sources.

L’ensemble des subventions proposées soutiendra des projets liés à la biodiversité, au changement climatique, aux systèmes alimentaires, à la gestion forestière, à la dégradation des terres, à la santé des rivières et des océans, aux produits chimiques et aux déchets, ainsi qu’à la faune. Il comprend également 570 millions de dollars pour des programmes intégrés qui s’attaquent aux facteurs de dégradation de l’environnement grâce à une approche transversale.

Quatre projets supplémentaires sont recommandés pour le soutien du Fonds fiduciaire du FEM ainsi que des deux fonds d’adaptation climatique gérés par le Fonds pour l’environnement mondial – le LDCF et le SCCF.

En plus du financement du programme de travail du FEM, les membres du Conseil envisageront un montant supplémentaire de 203 millions de dollars pour le Fonds pour les PMA et le SCCF pour des projets d’adaptation au climat dans les pays les moins avancés, les petits États insulaires en développement et d’autres pays en développement. Le programme de travail du LDCF/SCCF est l’un des plus importants de l’histoire des fonds d’adaptation et reflète la demande croissante adressée à ces instruments uniques pour aider les pays à accroître leur résilience dans des conditions en évolution rapide.

Les membres du Conseil examineront également les lignes directrices initiales pour les activités habilitantes et les projets d’appui à la ratification que le FEM peut fournir pour la nouvelle Convention des Nations Unies sur le droit de la mer sur la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique marine des zones situées au-delà de la juridiction nationale, connue par le acronyme BBNJ. Adopté en 2023, cet accord identifie le Fonds fiduciaire du FEM comme faisant partie de son mécanisme financier, ce qui élargit la portée du soutien du FEM au-delà des conventions internationales sur la biodiversité, le changement climatique, la désertification, l’utilisation du mercure et les produits chimiques toxiques. De telles activités contribueront à promouvoir une entrée en vigueur rapide et une mise en œuvre rapide du traité.

« Nous sommes bien en avance sur le calendrier en matière de programmation et de déploiement des ressources record dont nous disposons. Les responsables nous ont confié cette tâche, ce qui nous met sur la bonne voie pour réaliser des progrès majeurs vers les objectifs environnementaux internationaux », a déclaré Gascon. « Le FEM s’engage à continuer d’accroître son efficacité tout au long de ce cycle de financement et jusqu’au FEM-9 en mettant l’accent sur l’intégration, l’inclusion et l’impact ».

Enfin, les représentants des pays se réuniront pour la première fois au sein du Conseil du nouveau Fonds GBF, que les parties à la Convention sur la diversité biologique ont demandé au FEM d’accueillir il y a un peu plus d’un an lorsqu’elles ont convenu en décembre 2022 de nouveaux objectifs dont les pays en développement auront besoin. soutien financier à rencontrer. Depuis lors, le FEM a officiellement créé le fonds, permis sa ratification, préparé un cadre de programmation et guidé sa capitalisation initiale, en préparation de la première réunion du Conseil du fonds.

Le Conseil du GBFF examinera un ensemble de politiques proposées déterminant comment les ressources des donateurs seront allouées et comment les projets soutenus par le fonds seront examinés et approuvés. Il examinera également les budgets proposés pour les exercices 2024 et 2025 et discutera des plans de groupes consultatifs qui soutiendront la gouvernance du nouveau fonds. Atteindre ce stade est le résultat de consultations approfondies et ciblées avec les principales parties prenantes du partenariat du FEM et au-delà.

Le premier programme de travail du GBFF est attendu plus tard cette année, avec un financement d’ici fin 2024.

Alfredo Prince NTUMBA

ils nous ont fait confiance

AFDGIZHirondelleSNELWWF