Actualités - Mines

La ruée vers les”nouvelles énergies” détruit les réserves naturelles de la RDC

Featured Image

Les compagnies minières qui profitent de la demande mondiale de cobalt détruisent les réserves naturelles protégées en République démocratique du Congo. Jonas Kiriko a visité les réserves du sud du pays pour enquêter.

Le bruit des machines, les tas de terre, les villages improvisés, les véhicules qui vont et viennent, la boue pendant cette saison des pluies : voilà l’atmosphère que l’on ressent lorsque l’on se rend à Kisanfu, un village de la province du Lualaba dans le sud de la RDC, dans la réserve naturelle de la Basse Kando.

C’est bien loin de la verdure impénétrable, des animaux sauvages errants tels que les antilopes noires et les éléphants, et des hippopotames dans la rivière Kando, comme c’était le cas dans les années 1980 et 1990 dans la réserve de Basse Kando, se souvient un octogénaire vivant dans le village de Kisanfu.

Aujourd’hui, de vastes étendues de terres à l’intérieur de l’aire protégée sont occupées illégalement par des communautés déplacées pour faire place aux concessions minières qui ont détruit leur habitat. La principale cause est la ruée vers le cobalt, un minerais critique pour la “nouvelle énergie” utilisé dans les batteries et les véhicules électriques.

La RDC fournit environ 70% de la demande mondiale de cobalt, et ses réserves sont occupées par des compagnies minières nationales et internationales depuis le début des années 2000. Les mineurs artisanaux qui se sont joints à la ruée et les communautés déplacées se livrent au braconnage et à la production de charbon de bois dans les zones protégées, explique Christian Bwenda, coordinateur de l’ONG environnementale PremiCongo.

[VIDEO PROF ILUNGA  ]

Concessions minières

On estime que 77 % de la réserve de Basse Kando est actuellement allouée à des concessions minières. Basse Kando est une aire protégée mesurant 17 500 hectares, selon le décret de 1957 qui l’a instituée, et elle s’étend sur une partie du territoire de Lubudi et Kolwezi dans la province de Lualaba. Ce décret a été modifié en 2006 sans mention des limites de la réserve, et les autorités minières accordent des concessions dans la zone depuis des années.

Plusieurs compagnies dirigées par des expatriés et des nationaux détiennent des concessions minières qui empiètent sur les limites de Basse Kando. Elles comprennent CMOC Kisanfu Mining SARL, une compagnie minière appartenant à China Molybdenum Co Ltd (CMOC).

En 2023, le groupe chinois CMOC est devenu le nouveau roi du cobalt en RDC, selon les calculs du média Bloomberg cités par Cyntia Bashizi, journaliste minière à Radio Okapi, un média des Nations Unies en RDC.

« Il [CMOC] a détrôné le géant minier Glencore, qui n’a pas encore rendu publiques ses données de production. CMOC, à travers sa filiale Tenke Fungurume Mining et sa nouvelle mine de Kinsafu (investissement de 1,8 milliard de dollars US), a annoncé que sa production de cobalt a bondi de 174 % par rapport à l’année précédente, pour atteindre 55 000 tonnes en 2023. La RDC est responsable d’environ 70 % de la production mondiale de cobalt. approvisionnement en cobalt et abrite les plus grands producteurs mondiaux de cette ressource très stratégique », a posté Bashizi sur son compte X.

En 2020, CMOC a également participé à un accord prévoyant le transfert des actifs miniers de la zone de Kisanfu à la société américaine Phelps Dodge Congo Sarl.

Une production accélérée

Les avantages de cette production accrue ne sont pas évidents pour les communautés locales, se plaint Edgard Kiusa, un habitant du village de Kisanfu.

Il n’y a pas d’écoles, pas d’hôpitaux, pas de routes, pas de maisons à Kisanfu. Les communautés sont pauvres alors qu’elles marchent et dorment sur des minerais. Où va l’argent des redevances et des autres obligations sociales ?“, demande-t-il.

Kiusa estime que si l’aire protégée de Basse Kando était promue, les habitants bénéficieraient du tourisme qui en découlerait plutôt que de vivre sous la malédiction des minerais, dont les revenus, selon lui, profitent aux autorités de la capitale de la RDC, Kinshasa, au détriment de la communauté locale.

La réserve porte le nom du Kando, une grande rivière qui se jette dans la Lualaba (fleuve Congo) et qui était autrefois peuplée d’hippopotames et de crocodiles. Il y en a plus maintenant parce qu’une autre compagnie, MUMI (Mutanda Mining SARL), a déversé de l’acide dedans, selon un vendeur de charbon de bois vivant dans le village de Kapaso à l’intérieur de Basse Kando, qui a requis l’anonymat pour des raisons de sécurité.

Mineurs artisanaux

Outre les grandes multinationales, des mineurs artisanaux opèrent également dans et autour de la réserve. Ils ont extrait de l’or sur le site du village de Kawama avant de se tourner vers le cuivre et le cobalt. L’or était lavé dans un petit ruisseau appelé Mutala, qui se jette dans la rivière Kando. Selon les villageois de la zone, les « creuseurs » n’ont pas hésité à utiliser du mercure pour laver la précieuse matière, tuant ainsi toute la biodiversité.

Les limites de la réserve de Basse Kando sont connues des autorités de gestion, mais elles ne sont ni signalées ni appliquées et elles sont contestées par les communautés locales et les sociétés minières. L’équipe de direction est composée d’une vingtaine de personnels permanents dont un chef de station et des gardiens.

Cette aire protégée était auparavant sous la gestion des responsables du Parc national de l’Upemba. Il est aujourd’hui sous la direction de l’Institut Congolais de la Conservation de la Nature (ICCN), un organisme gouvernemental chargé de la gestion des parcs et des aires protégées en RDC, qui dépend directement du ministre national de l’Environnement.

Félix Mbayo, directeur provincial de l’ICCN au Katanga, a confirmé la présence accrue des sociétés minières à Basse Kando et l’incapacité de l’ICCN à les expulser de la zone, qui, selon lui, n’a pas été déclassée en tant que zone protégée.

« Nous avons essayé d’alerter nos supérieurs, sans succès. Les opérateurs disposent d’autorisations du ministère des Mines. Nous ne pouvons pas les chasser à notre niveau », a-t-il déclaré, indiquant qu’ils sont protégés au plus haut niveau. “C’est à vous, journalistes, de nous aider dans ce combat.”

Il a suggéré que le ministère des Mines, qui délivre les permis d’exploitation, coopère avec le ministère de l’Environnement, qui supervise les aires protégées, afin de prévenir davantage de situations de ce type. Un responsable provincial du service du cadastre minier, qui a demandé à rester anonyme, a déclaré que les permis miniers sont délivrés dans la capitale Kinshasa et que les autorités locales sont simplement tenues de mettre en œuvre leurs instructions.

[Carte des parcs nationaux]

Parcs nationaux

Les parcs nationaux sont également dans le viseur des exploitants miniers. Selon Antonio Longangi, responsable de la communication du parc national de l’Upemba dans le grand-Katanga, l’un des plus anciens et des plus grands des aires protégées de la RDC, des mesures ont été prises pour rétablir l’intégrité du parc en réponse aux titulaires de concessions minières qui n’hésitent pas à recourir à des milices pour atteindre leurs objectifs.

“Nous avons pris diverses mesures telles que la fermeture de la concession minière à Kitembwe et la mise en place de postes de patrouille dans tout le parc. Mais les groupes armés impliqués restent une menace. En 2023, nous avons eu plusieurs escarmouches qui ont entraîné des blessures à nos éco-gardes, et l’un d’entre eux a même été tué l’année dernière”, a déclaré Longangi.

Upemba et Kundelungu, des parcs nationaux créés dans le Katanga en 1970, sont les principaux fournisseurs de viande de brousse pour les grands centres urbains. Cette viande est au menu de la plupart des restaurants des provinces du Haut-Katanga et de Lualaba. Dans les grands marchés tels que Mzee Laurent Désiré Kabila et Kenya en ville de Lubumbashi, des étalages entiers sont réservés à la viande de brousse.

À proximité des différentes sources de viande de brousse, il y a des concessions minières détenues par Thermo Metals Processer (une société indienne) adjacente à Kundelungu ; et Lida Afriming (une société minière chinoise de cobalt) à côté du parc national de l’Upemba. Près du village de Lutandula, également fournisseur de viande de brousse du parc de Kundelungu, il y a des concessions minières détenues par Da Tong Mining et Da Fei Mining, toutes deux des sociétés chinoises ; et Chemical of Africa SA, une société indienne située à proximité du parc national de Kundelungu.

Géré depuis 2017 par la Fondation Forgotten Parks dans le cadre d’un partenariat public-privé avec l’ICCN, le parc d’Upemba reste le plus grand employeur de la région, avec 95 % des éco-gardes issus des communautés environnantes, a indiqué Longangi. Cela comprend le personnel civil qui, en grande partie, est local.

Les 200 gardes, issus des communautés environnantes, bénéficient d’une prime qui permet d’injecter des fonds dans l’économie locale au-delà des dispositions que nous obtenons localement. Les opérations au parc national de l’Upemba ont un impact positif sur les communautés locales en termes d’opportunités économiques et professionnelles“, a-t-il déclaré, ajoutant qu’il ne pense pas que l’invasion du parc par les communautés puisse être justifiée.

Commerce de la viande de brousse

Les propriétaires des concessions privées accordées dans la zone pour les domaines miniers et agro-pastoraux restreignent l’accès à ces concessions, réduisant ainsi l’espace de chasse pour les communautés. Le parc est ainsi devenu une alternative pour les chasseurs.

Nestor, un chasseur communautaire de Mufunga Sampwe près du parc de Kundelungu, a déclaré que les concessions étaient la raison pour laquelle il se rendait dans le parc.

«Le peu d’espace laissé aux communautés n’a plus d’animaux. De plus, l’exploitation artisanale des minéraux n’est pas autorisée, car de nombreux espaces appartiennent à des concessionnaires, vous risquez donc de perdre la vie ou d’être emprisonné », a-t-il déclaré.

Maloba Madeleine vend de la viande de brousse depuis 1972. « Il y a du kasha, du mupenge, du makaka, du samba [noms locaux de l’antilope], des singes, etc. Cette viande vient de Kyubo dans le territoire de Mitwaba [situé entre les parcs Kundelungu et Upemba], et il vient aussi de Mitandula, Lubanda et Vuwa en territoire de Kasenga dans le parc Kundelungu.

Une fois l’animal tué, il est fumé puis transporté soit à moto, soit dans des véhicules pour approvisionner la ville de Lubumbashi, capitale de la province du Haut-Katanga.

« Nous sommes en contact permanent avec les chasseurs. Lorsqu’ils ont un produit, ils nous appellent ou ils se présentent simplement sans appeler parce qu’ils savent où nous trouver. Nous le vendons environ 5 000 francs congolais [environ 2 dollars américains]. Nous ne vendons pas sur une balance, car lorsque nous séchons la viande, le poids diminue », explique Madeleine. Cette viande est vendue sans aucune restriction de la part des services de l’État, ont indiqué elle et d’autres vendeuses.

Selon Longangi de l’Upemba, des incidents impliquant des braconniers sont régulièrement signalés. « Chaque semaine, nous enregistrons au moins un incident. Avec des patrouilles accrues, nous sommes enfin en mesure de détecter et de réagir aux mouvements illégaux dans des secteurs clés du parc. Les espèces cibles sont principalement les phacochères, les reed bucks et les petits rongeurs », a-t-il déclaré.

La rentabilité économique de la viande de brousse, les croyances traditionnelles, le besoin de subsistance et le manque d’alternatives économiques sont les principales raisons du braconnage à l’intérieur du parc national de l’Upemba, a-t-il ajouté.

La demande de viande de brousse est forte dans les grandes villes, ce qui encourage les braconniers à pénétrer dans le parc et à tuer les animaux. Le braconnage reste la principale menace pour la biodiversité du parc national de l’Upemba. En 2022, par exemple, 51 incidents liés au braconnage ont été enregistrés et 32 ​​braconniers ont été appréhendés. Cela inclut le braconnage pour la viande de brousse et l’ivoire, motivé par des pratiques culturelles et une demande croissante du marché extérieur.

Poste frontière

Le point d’entrée et de sortie dans le sud du pays est le poste frontière de Kasumbalesa avec la Zambie. Selon un agent des douanes et accises en poste à Kasumbalesa depuis près de 10 ans qui a requis l’anonymat, chaque année des arrestations et des saisies impliquant des trafiquants d’animaux sauvages ont lieu à cet endroit.

«En juillet et août 2023, nous avons saisi une cargaison d’ivoire. Le propriétaire a malheureusement échappé à nos services. L’ivoire était coupé en petits morceaux et caché dans un sac de farine de maïs. Le riz et le maïs arrivent régulièrement de Zambie en RDC. Ce mouvement inverse a attiré l’attention de nos services“, a-t-il expliqué.

La fraude au poste frontière s’effectue de plusieurs manières, notamment par l’intermédiaire d’agents (police, service des migrations, armée) affectés à la douane qui reçoivent un pourcentage ou une rétribution en fonction de la valeur des marchandises trafiquées.

Pour tenter de comprendre l’ampleur du trafic frauduleux au poste frontière, ce journaliste de Oxpeckers s’est fait passer pour un trafiquant. Le journaliste a proposé d’introduire clandestinement de l’ivoire et une peau de lion vers la Zambie. Trois personnes ont été contactées pour apporter leur aide, dont l’une travaillait à la Direction générale des douanes et accises (DGDA), une autre au service des migrations et une autre encore dans les forces de sécurité. Le premier exigeait des frais de 500 $ pour faciliter l’opération et les deux autres exigeaient entre 200 et 300 $.

« Apportez-moi ces objets ce soir, car notre contact [un policier congolais] est déjà préparé à cet effet. N’oublie pas ma part», suggère un patron d’un bar non loin du poste frontière, qui allait servir d’intermédiaire dans cette opération. Le journaliste n’a pas poursuivi l’affaire.

Il existe également des cas de fraude qui impliquent la hiérarchie de la DGDA. Oxpeckers a appris que dans de tels cas, c’est le sous-directeur de cet organisme public lui-même qui donne l’ordre de ne pas retenir les véhicules impliqués dans les entrepôts pour les contrôles et procédures normales.

« Nous sommes chargés du stationnement des véhicules et de la sécurité lors des formalités douanières. Cela peut prendre au moins trois jours de stationnement, compte tenu du nombre élevé de véhicules passant par ce poste frontière. C’est ce qu’on appelle le checkpoint « Whisky ».

« Or, il existe des marchandises qui transitent sans aucune formalité ni vérification de contenu. Vous recevez un appel de votre supérieur vous informant qu’il y a des instructions de la DGDA de ne pas retenir les véhicules pour les procédures normales. C’est ce qu’on appelle passage en « droiture ». Il s’agit en grande partie de fraudes douanières», a révélé un ancien gardien d’un des entrepôts de Pacific Trading, société chargée à l’époque de gérer le stationnement des véhicules d’import et d’export au poste frontière de Kasumbalesa. Aujourd’hui, cette société s’occupe uniquement des véhicules portant des marchandises en partenariat avec les services des douanes.

Les petits commerçants et les coursiers traversant la frontière à pied font passer clandestinement de petites quantités de contrebande en plusieurs lots. Par exemple, ils découpent l’ivoire en petits morceaux faciles à dissimuler. L’observation sur place a révélé que de nombreuses femmes commettent ce type de fraude.

Mesures d’atténuation

Longangi a noté que le secteur minier a jeté son dévolu sur d’autres zones protégées en RDC, telles que le parc national des Virunga à l’est du pays et la réserve de faune d’Okapi au nord-est. Cependant, il a déclaré que les responsables du parc de l’Upemba restent confiants dans la volonté des autorités de mettre fin à l’exploitation illégale des minéraux dans des aires protégées.

Il propose de réformer le secteur minier afin de sécuriser les aires protégées et de faciliter la collaboration dans le cadre de l’Alliance Verte, une approche d’économie verte qui concilie développement et protection de l’environnement.

PremiCongo, qui œuvre pour la conservation des forêts claires du Katanga, souhaite que le gouvernement retire cette concession de la liste des aires protégées du pays, compte tenu de la dégradation avancée de sa biodiversité. L’organisation recommande également que les entreprises basées dans la réserve de Basse Kando versent une compensation financière substantielle à l’ICCN, qui devrait utiliser cet argent exclusivement pour améliorer la gestion d’autres aires protégées du pays, notamment en rétablissant des gardes et des infrastructures minimales dans chaque aire protégée.

De nombreuses communautés locales ne se sentent pas concernées par la conservation de ces parcs, c’est pourquoi elles les envahissent, a expliqué Ngoy Bupe Don, chef traditionnel à Kyubo. Son argument a été soutenu par Stephan Banza, d’une organisation environnementale civique à Lubumbashi, qui a déclaré que les parcs doivent garantir la sécurité et les moyens de subsistance des communautés locales pour prospérer.

VIDEO AUGUSTIN GÉRANT DE MIKEMBO

Sanctuaire de Mikembo

En réponse à la dégradation des forêts, à la disparition des espèces sauvages due au braconnage et à la disparition du bois due à la surexploitation, un individu a lancé un projet de restauration de la forêt et des espèces animales en danger. Il s’agit du sanctuaire de Mikembo, situé à environ 30 km du centre-ville de Lubumbashi.

La forêt a été entièrement reconstituée entre 2005 et 2006. Ses espèces animales, notamment les girafes, les zèbres, les koudous, les antilopes, les phacochères et les espèces de reptiles, notamment les serpents venimeux, ont été introduites en 2011.

Le professeur Jonathan Ilunga de la Faculté d’Agronomie de l’Université de Lubumbashi mène des recherches là-bas depuis 2010. “Il s’agit d’une forêt de régénération, et nous avons constaté une croissance végétale substantielle sur une période de 10 ans. C’est un véritable modèle de reboisement et de restauration de la biodiversité”, a-t-il déclaré.

Cette investigation a été réalisée par Jonas Kiriko qui est un journaliste d’investigation basé en RDC spécialisé dans les sujets liés à l’environnement, à l’agriculture et à l’eau. Cette enquête fait partie de la série Oxpeckers #PowerTracker intitulée « Le coût humain de l’énergie en Afrique » et a été réalisée en collaboration avec le Centre d’études avancées de défense (C4ADS) .

Retrouvez l’outil #PowerTracker et d’autres enquêtes  ici

they put their trust in us

AFDGIZHirondelleSNELWWF